Tom et Polar, plus connu sous le nom de TOMAR, ont sorti leur premier EP cet été. Celui-ci reprend les bases d’une techno parfois sombre mais toujours cohérente avec l’envie de faire réfléchir les auditeurs, qu’ils puissent être plongé dans le monde froid mais rythmé des deux artistes. Aujourd’hui ils nous partagent leurs influences et sources d’inspiration. Un petit aperçu d’un univers techno bien défini.


 

Racontez nous votre rencontre, création du nom et à partir de quand et comment avez-vous commencez à produire?

On a commencé de manière assez classique chacun dans notre chambre à essayer d’enchainer les morceaux pour trouver lequel allait avec lequel. Tu te dis à un moment qu’un morceau pourrait être mieux s’il avait ce genre de basse ou de snare et c’est là que tout commence. Mais on a toujours été attiré par la musique chacun de notre côté. Tom avec de la house plutôt et Polar avec de la techno déjà. C’est lui qui a initié l’autre. Au départ, on a commencé avec tout une bande de potes de la ville du Havre qui a donné naissance au collectif Helios. Chacun a commencé à développer son identité. Comme dit plus haut, Polar avait déjà une appétence très techno et des sets déjà très bien écrits avec une bonne sélection. Des nappes, des choses un peu bizarres mais extrêmement bien faites. Tom de son côté était plus technique à travailler des sons très axés sur de la rythmique et des drums. Au fil du temps l’amitié entre nous a grandit et on a décidé de se mettre en couple (musical ndlr). 

Quelles ont été les sources d’inspi pour cet EP? 

Cet EP est particulier parce qu’il est, en fait, un peu éloigné de ce qu’on joue vraiment. Il est plus mental, plus minimal que nos sets. C’est un premier pied (un peu timide) dans la production. En dehors de ca, on a des artistes en commun qui nous inspire beaucoup : comme Keith Carnal, James Ruskin, Cleric, Shlomi Aber, Serena Butler. Et forcément toute l’équipe des frenchies : Anetha, Schlomo, Airod etc.. Et puis on a chacun les nôtres qui apportent les choses que chacun aime. Roman Poncet ou la techno japonaise de Ken Ishii ou Takaaki Itoh pour Tom. Et Manni Dee, Perc ou Ansome pour Polar. 

 

Le son qui te décrit le mieux

Polar: Car c’est la détente, pas de stress, mon adolescence et sûrement le son le plus vieux que j’écoute depuis que je me suis mis à me passionner pour la musique, quelle qu’elle soit. 

 

Tom : Parce-que c’est hyper dynamique breaké avec une voix qui groove 🙂 

 

Le son qui t’as fait aimer la musique electro

Tom : C’est sombre et puissant, un classique qui met forcément une claque la première fois que tu l’entends.

Polar : Encore une histoire de timing, j’étais jeune, je n’y connaissais pas grand chose, mais ce track avait cette énergie qu’on a plus trop dans les clubs, le mélange du punk un peu rock et de l’electro, très fort ce track. 

 

Le son que tu aimes écouter en bagnole

Tom : C’est tout doux et ça vide la tête sur les longues routes de vacances.

 

Polar : Juste pour pouvoir ouvrir la vitre de la voiture et passer le bras pas la fenêtre, ça groove! AHAH 

 

Le son qui fait chauffer la salle à coup sûr

Tom : C’est gras et violent c’est du kobosil ça met tout le monde d’accord!

Polar : Pour en avoir fait l’expérience, en milieu de set, ce track te change l’ambiance dans la salle! Et en plus, c’est le son d’un pote, donc c’est encore plus cool 🙂

 

Le son que tu aimes écouter quand t’es en ramasse

Tom :  C’est un classique mais ça change de tout ce que on peut connaitre et c’est pas du tout agressif; quand tu as mal au crâne, c’est parfait.

 

Polar : Parce que c’est calme, et aussi parce qu’on avait cours de musique le vendredi matin en 3e et que c’était sur sa composition qu’on a été interrogé! disons que j’ai gardé l’habitude… ahah 

 

Le son/album ou artiste qui t’a inspiré pour la compo de l’EP

Keith Carnal dans la structure des tracks et dans la façon de faire venir les éléments.

 

Le son que tu aurais aimé produire?

Polar : La puissance des vocals, du drop qui repart, des tambours battants, c’est un véritable missile ce track, rien à ajouter! 

 

Tom : un bon euro-dance comme ils savaient le faire à l’époque c’est dur aujourd’hui de retrouver ça!

 

 

by ilena