Produisant une électro – indie onirique et organique, Demain Minuit revient de Nouvelle – Zélande où il a composé son dernier EP intitulé « Kiwi Boy »qui sort ce moi – ci. Rencontre avec Fabien.


Bonjour Fabien, tu formes avec Elise Pezzin le groupe Demain Minuit. Comment est né ce projet résolument axé electro – indie ?
Salut ! Il y’a de ça quelques années, en 2013, je suis parti vivre à Montréal. Cette ville était dingue en terme de culture, de sorties, de festivals… Bref, de tout ce que tu veux pour t’épanouir sur les 6 mois qu’il te reste pour profiter de l’extérieur. Je produisais déjà des morceaux à l’époque mais c’était beaucoup plus dark. J’ai pris un grand virage pour sortir de la house/micro et commencer à produire de l’électro-indie qui me touchait beaucoup plus. A mon retour en France, j’ai retrouvé Elise et je me souvenais de sa superbe voix. Je lui ai proposé de chanter et ça a parfaitement fonctionné. C’était pour moi évident de l’enregistrer sur ce deuxième EP.

Pour la conception de ton dernier EP intitulé « Kiwi Boy » tu es parti en Nouvelle – Zélande. Pourquoi ce choix ?
J’avais envie d’un autre voyage et j’hésitais entre Hong Kong et Auckland. Mes potes déjà la-bas ont su être convainquant pour me faire venir. C’était le feu . Le weekend était rythmé par des réveils à 5H pour faire 1H de route dans la jungle afin de trouver des spots de surf incroyables. Et le soir on allait pêcher pour faire des barbeucs… On a jamais mangé notre poisson !

De manière générale, en quoi ce voyage a t’il influencé ta création musicale ?
Ce que les gens ne savent pas, c’est qu’il fait froid et humide en hiver. Et qu’a 16H30 il fait nuit. Du coup, je profitais des longues nuits d’hiver, loin de mes proches pour composer. Le morceau London Street, traduit clairement ça. Ce coté un peu sombre et long, qui n’attends que l’été pour éclater. Dans Toi Toi , les lyrics parlent aussi de ça «  it’s not a winter, just a cool breeze ». Puis les autres morceaux, c’est le printemps/été, les sorties entre potes, les road trips, paysages, jungle…

Une fois sur place comment est-ce que tu as procéder pour composer et quels instruments tu as utilisé ?
C’était pas une mince affaire que de voyager avec mes synthés. Je suis parti de France avec une deuxième valise, et les instrus en bagage cabine. J’avais donc mon ordi, une carte son et micro, un analog four (elektron) et un Op-1 de Teenage ( celui-là me suit partout). Pour composer je fais mes expés sur mes synthés et dès qu’un son me plaît je le sample sur Ableton. C’était assez drôle parce que j’avais pas d’enceintes avec moi, mais un super casque audio ( Beyer ). J’ai donc fait le mixage avec ce casque et des écouteurs en essayant de tomber juste !

L’EP mélange des synthés oniriques et des plages vocales profondes. C’était un objectif que de parvenir à assembler le souffle de liberté que procure un voyage mais aussi sa part de rêve ?
Oui exactement ! Comme t’as pu l’entendre, je considère mes morceaux comme des paysages de mes voyages. Pour moi le chant était important afin d’humaniser, c’était essentiel dans certains morceaux !

Côté artwork, on a affaire à ton visage bariolé de peintures de toutes les couleurs qui forment des continents. Celui-ci semble transposer l’idée d’une forme d’unité dans la diversité, et ce, malgré les différences culturelles entre la France et la Nouvelle – Zélande, d’ailleurs qui est-ce qui à l’origine de la pochette ?
Cette pochette signifie beaucoup pour moi. Elle est colorée et organique, comme l’album. Les couleurs se touchent et trouvent leurs places, comme chaque instrus dans la musique ! La photo est prise par Elise Pezzin et le design par Alice Hameau.

A l’avenir songes-tu à réitérer l’opération voire devenir un compositeur – voyageur à l’instar d’artistes comme Molécule ou NSDOS ?
Je réfléchis déjà à des nouveaux morceaux, inspirés par la ville maintenant. Je vis à Bordeaux depuis peu et je m’y sent très bien . L’inspiration, de toute manière, elle vient surtout quand elle veut !

Le mot de la fin ?
Ka pai e noho ra ( Ciao et merci ) ! Merci pour cette interview Sakatrak, ça m’a fait plaisir de répondre à vos questions ! Pour info, cet Ep sera dispo le 21 mai 2019 sur toutes les plateformes de streaming et téléchargement!

By Simon


Retrouvez Demain Minuit sur Soundcloud
https://soundcloud.com/demain-minuit