A l’occasion des 5 ans du label, nous avons rencontré Thomas Ferraré aka Tommy Kid, co-fondateur et manager du label [re]sources. À travers ses influences bass music, uk garage ou encore jungle, l’équipe a su remettre au goût du jour des sonorités trop souvent mises de côté sur la scène française. Thomas nous parle des débuts du label et de l’évolution de la scène “bass music” en France. Rendez-vous mardi 30 avril à la Station – Gare des Mines pour retrouver [re]sources et sa programmation de haute volée.

[re]sources a fêté ses 5 ans à la Rotonde Stalingrad le 6 avril dernier avec une programmation faite maison : c’était comment ?
Le mois d’avril a été intense pour le label, entre la sortie de notre nouvelle compilation et 2 grosses soirées, mais c’était le but, on se devait de marquer le coup pour les 5 ans de [re]sources. Et pour répondre à la question, la soirée à La Rotonde a été un franc succès avec 300 entrées pour un lieu à taille relativement limitée. On ne s’attendait pas à autant de monde honnêtement, surtout que le line up était 100% local, contrairement à la majorité de nos événements qui accueillent généralement 1 ou 2 têtes affiches internationales. Le public a été super réactif, les djs, tous affiliés à [re]sources, se sont régalés. On a donné un bon aperçu de nos influences, entre des sets dancehall, rap, techno, uk garage, grime et jungle.

Vous célébrez aussi cet anniversaire avec la sortie dune compilation de 5 tracks. Comment sest fait le choix des artistes et de lidentité artistique de lEP ?
Cette compilation-anniversaire a été conçue autour d’une des nouvelles directions musicales que je souhaite mettre en avant avec le label, à savoir un mélange de UK Funky, d’Afrobeats et Baile funk, le tout influencé par la bass music et le grime instrumental. Hormis ma participation, l’EP rassemble plutôt les nouvelles têtes du label, à savoir Pl4net Dust, Mamboussa, Jaymie Silk et Jesza, chacun apportant sa propre vision et exprimant ses différentes influences.

Le 30 avril, vous serez à la Station Gare des Mines avec une belle programmation anglaise. Pourquoi ces artistes ?
On est très heureux de jouer à la Station, il y a une ambiance assez particulière et on a hâte de voir comment le public va réagir à notre musique. On a décidé de programmer 2 artistes que l’on suit depuis quelques temps et que nous avions déjà booké il y a 4 ans à Paris (ils étaient alors un peu moins connus). Il nous est apparu évident de faire appel à Madam X, véritable ambassadrice du son UK techno / hybrid bass et boss du label mancunien Kaizen. En plus d’être une excellente DJ (ses sets Boiler Room sont vraiment incroyables), elle est capable d’attirer aussi bien un public techno qu’un public plus « bass », donc parfait pour La Station. Il y a 4 ans, quand nous avions ramené TSVI, très peu de monde le connaissait, aujourd’hui, on entend ses prods dans pratiquement tous les sets de cette « nouvelle » scène techno française qui se met à mixer et produire des morceaux à 100BPM, notamment inspiré par le dancehall et le grime. L’idée autour de ce line up a donc été pour (re]sources de s’adapter au public parisien et de se faire plaisir en termes de programmation.

Revenons aux origines du label ; comment sest lancée laventure ?
J’ai co-fondé le label avec Calcium et Kodh il y a 5 ans. L’idée était de participer au développement d’une vraie scène locale et d’avoir un label basé en France qui puisse signer des artistes français inspirés par le UK Garage, le Grime, la Baltimore Club, le UK Funky et la Jungle. Une des ambitions a également été d’organiser de manière régulière des événements inspirés des soirées que j’organisais il y a 8-10 ans  au Social Club avec mon ancien collectif Chateau Lateuf. On a donc été les premiers à booker des artistes comme DJ EZ, Mella Dee, DJ Q ou encore Preditah en France.

Le terme bass music étant vaste, comment décrirais-tu les influences et inspirations musicales du label ?
Effectivement, c’est toujours un peu réducteur de nous coller cette étiquette de « bass music », on trouve de la bass music aussi bien dans le cercle commercial que dans l’underground. Je dirais que [re]sources est en majorité influencé par la club music UK de ces 20 dernières années, à savoir la Jungle, le UK Garage, le Grime, le UK Funky, mais aussi par de genres qui se sont développés aux US (Baltimore Club, Footwork, Jersey Club…) ou en Afrique (Afrobeats et Gqom). L’idée étant de ne pas retranscrire tels quels ces différents genres mais d’y apporter notre propre interprétation et traitement sonore.

Un des souvenirs les plus forts de ces 5 années ?
En vrac, la soirée avec DJ EZ au Social Club, notre scène avec Trax au Peacock Festival 2016 avec DJ Q et Scratcha DVA, le mail de Fabric London qui souhaitait compiler 4 morceaux [re]sources sur le FabricLive de Paul Woolford / Special Request et plus récemment notre Boiler Room en novembre dernier à Paris.

Daprès toi, comment a évolué la scène bass music française depuis les débuts du label ?
Je vais plutôt parler de l’évolution de la scène bass music française à la [re]sources. J’ai l’impression que l’on assiste depuis 1 an à une meilleure considération des media et des clubs. Les gens ont fini par comprendre que la bass music ne se limitait pas qu’au dubstep ou à la drum’n’bass, il y a je pense eu une incompréhension à cause de cette étiquette encore une fois trop réductrice. Les soirées Concrete finissent par booker de plus en plus d’artistes « bass », le public commence à se lasser de la techno. Je pense que cette mode UK 90s / rave revival qui refait surface a permis d’ouvrir les gens sur cet héritage.

Ta dernière révélation musicale sur la scène club européenne ?
Incontestablement Mind Of A Dragon, nouvel artiste UK Garage, signé sur le label de Conducta. Le UK Garage revient très fort depuis 2 ans, à la fois au sein de la scène mainstream et le milieu underground. C’est aujourd’hui un des mes producteurs anglais favoris. Il arrive à moderniser ce son, à le rendre accessible tout en y apportant sa propre touche et ses influences grime. J’en profite d’ailleurs pour annoncer que [re]sources l’invite à sa prochaine soirée le 18 mai à l’International…

Des projets pour ces prochains mois ?
Il y aura donc cette fameuse soirée le 18 mai à l’international que l’on co-organise avec le collectif / groupe FB 2-Steppers. Nous avons invité la relève du son UK Garage version 2019, Mind Of A Dragon, complété par différents B2B entre artistes [re]sources et 2-Steppers. A venir en termes de sorties, la compilation Club Hexagon III qui présentera encore une fois une sélection de producteurs français et, si tout se passe, bien mon prochain EP avant la fin de l’année.


Resources avec Madam X, TSVI, Carin Kelly & more
30 avril à La Station Gare des Mines
29 avenue de la Porte d’Aubervilliers, 75018 Paris
10€ – achète ta place