Depuis la sortie du label Rush Hour, l’artiste d’extreme orient Shinichiro Yokota connait aujourd’hui le succès qu’il mérite. En effet, ce dj et producteur de cinquante ans a réalisé la majeure partie de son travail à une époque où la scène house japonaise n’était pas très développée. A travers cette interview, nous voulions savoir comment il vivait la transition entre les années 80 et son succès mondial actuel.

Pour bien commencer cette interview, peux tu nous donner le son que tu écoutes le matin ?

Tu étais passionné de baseball mais tu as décidé d’arrêter, pourquoi ?
Lorsque j’avais 10 ans, le travail de Yellow Magic Orchestra un groupe de synthpop japonais formé à la fin des années 70, plus communément appelé YMO, m’a beaucoup inspiré. C’est eux qui m’ont donné envie de faire de la musique. Plus particulièrement, la façon dont le groupe jouait avec les synthés. Elle était si inspirante que j’ai voulu apprendre le piano pour ensuite jouer sur des synthétiseurs.

À cette époque, la pop était vraiment populaire mais tu as préféré te tourner vers la house, pourquoi ?
Je ne me souviens plus exactement pourquoi j’ai choisi la house music. Dans les années 80, l’évolution des instruments de musique électronique a permi l’arrivée d’un nouveau genre appelé Synthpop (ndlr : New Wave en France). En 1986, alors que j’étais Dj hip-hop, des tracks comme Situation – Yaz (oo) ou Pump Up The Volume – MAARS m’ont donné envie de produire mes propres sons. C’est à cette époque que j’ai rencontré Soichi Terada et commencé à faire de la House music.

Quel est le premier morceau que tu as acheté ?
Je ne sais plus exactement mais je pense que c’était Masato shimon-OYOGE TAIYAKIKUN, c’est une des chansons avec le plus gros volume de ventes au Japon.

Comment était la scène électro au Japon à cette époque ? Le public, les clubs, les fêtes ?
Pendant les années 90, la Hi-NRG était très populaire contrairement à la house. Surement parce que ça sonnait comme une musique sombre et les gens n’étaient pas très habitués.

Tu entretiens une relation particulière avec Soichi Terada, c’est avec lui que tu as monté le label Far East Recording, peux tu nous parler de votre rencontre et de ce qui vous a motivé a créer ce label ensemble ?
Je l’ai rencontré lors d’une convention de DJ. A ce moment, il avait déjà sorti un vinyle en production indépendante. J’avais acheté le même équipement que lui et il m’a appris à m’en servir pour que je puisse produire mes propres sons. C’est à ce moment que Far East Recording a vu le jour.

Pourquoi est ce qu’il y a quasiment que des releases de vous deux sur ce label ?
Au Japon à cette époque, il n’y avait pas beaucoup de gens qui produisaient de la house à part nous.

Est ce que vous travailliez vos tracks ensemble ?
Oui bien sur ! A cette époque, il n’y avait pas internet, donc nous avions l’habitude de se rendre chez l’un ou chez l’autre pour travailler ensemble.

Quel est le son que tu aimes écouter lorsque tu voyages ?

Tu t’es éloigné de la scène pendant une vingtaine d’année, que s’est-il passé ? Qu’est ce que tu as fait pendant ce temps là ?
L’une des principales raisons a été de créer une entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces détachées pour voitures et de se faire poursuivre par la parentalité. Et en même temps, les instruments de musique électroniques ont beaucoup évolué. Tout le monde pouvait faire de la musique…

C’est pour ça que tu as arrêté de produire et de mixer ?
Oui, suite à cette rapide évolution je n’arrivais plus à produire de musique comme je le souhaitais et j’ai donc perdu le goût de la production musicale. Il m’arrivait quelquefois de produire de nouvelles tracks et à ce moment là je demandais conseil à Soichi.

Comment as-tu réagis lorsque Hunee a sorti un album à l’honneur de Far East Recording sur le label Rush Hour ?
Je me suis demandé “ Mais qui sont-ils ?”, et je ne m’attendais pas à autant de réaction et d’engouement lors de cette sortie.

Comment explique-tu ce nouvel engouement autour du travail que tu as fait il y a 25 ans ?
Je suis très surpris ! Pendant 25 ans, je pensais que les gens n’étaient pas réceptifs à ma musique. Aujourd’hui, j’ai énormément de retour de la part de personnes venant des quatres coins du monde. Ca fait vraiment plaisir et je suis content que ma musique puisse inspirer d’autres personnes.

Vas-tu produire à nouveaux ?
Oui ! Je travaille encore dessus, le titre et autres détails ne sont pas encore définis mais la sortie est prévue pour juin.

Ton son pour commencer un set ?

Et pour le peaktime ?

Et pour clôturer un set ?

By Benjamin


Far east recordings’ Shinichiro Yokota is enjoying the success he always deserved since the release of the label Rsh Hour. The fifty year-old Dj and producer made the majority of his work at a time when the Japanese house scene was not well developed. Through this interview, we learnt how it went through the 80’s and his worldwide success today !

To start this interview, can you give us the sound you listen to in the morning?

You were passionate about baseball but you decided to stop, why?
When I was 10 years old, the work of Yellow Magic Orchestra, a Japanese synthpop band formed in the late 70’s, more commonly known as YMO, inspired me a lot. It’s them who made me want to make music. More specifically, the way the band played with synths. She was so inspiring that I wanted to learn the piano and then play synthesizers.

Why did you produce house instead of another style like pop which was very popular at the time ?
I do not remember exactly why I chose House Music. About 1986, I was doing DJ of HIP-HOP. In the 1980 ‘s, with the evolution of electronic music instruments, I was hit hard by Yazoo – Situation and MARRS – Pump Up The Volume etc and thought that I wanted to make songs myself. At that time, I met Soichi terada and started making house music.

What is the first song you bought?
I do not know exactly anymore but I think it was Masato shimon-OYOGE TAIYAKIKUN, it’s one of the songs with the biggest volume of sales in Japan.

How was the Electro scene in Japan at the time ? The public, the clubs, the parties ?
In the 90’s Japan « Hi-NRG » was popular but house music was not very popular. Surely it sounded like dark music.

You have a special relationship with Soichi Terada, with him you have set up the Far East Recording label, can you tell us about your meeting and what motivated you to create this label together?
I met him at a DJ convention. At that moment, he had already released a vinyl in independent production. I had bought the same equipment and he taught me to use it so that I could produce my own sounds. That’s when Far East Recording was born.

Why there is almost only released from you two on it ?
Back then, there were not many people making house music besides us in Japan.

Did you work together on your sounds ?
Yes of course ! At the time, there was no internet so we used to come to each other’s house to work together.

What is the track you like to listen to when traveling?

You’ve been away from the scene for about twenty years, what happened? What did you do during that time?
One of the main reasons was to set up a company specializing in the manufacture of car spare parts and to be pursued by parenthood. And at the same time, electronic musical instruments have evolved a lot. Everyone could make music …

That’s why you stopped producing and mixing?
Yes, as a result of this rapid evolution, I could not produce music as I wanted, so I lost the taste for music production. I sometimes produced new tracks and at that time I asked Soichi for advice.

How did you react when Hunee released an album in honor of Far East Recording on the Rush Hour label?
I asked myself, « Who are they? », And I did not expect so much reaction and excitement on this trip.

How do you explain this new craze around the work you did 25 years ago?
I am very surprised ! For 25 years, I thought people were not receptive to my music. Today, I have a lot of feedback from people from all over the world. It’s really fun and I’m glad my music can inspire other people.

Will you produce again?
Yes ! I’m still working on it, the title and other details are not yet defined but the release is scheduled for June.

Could you give us one track :

To begin a set

For the peaktime of your set

And to end a set