Depuis novembre dernier, les échos d’une techno virulente, sans concessions, font parler d’eux par l’intermédiaire d’un label : Askorn Records. Opäk, membre fondateur de la structure Askorn et également affilié à Rive Droite Records (dont vous pouvez retrouver l’interview ici) nous a dévoilé les facettes d’un label où les ténèbres et la violence s’entrechoquent.


Bonjour Maxence,

Fin novembre, tu as, avec tes compères Ankoù et Ogmah créé un label sur rennes : Askorn Records. Pourquoi et comment a germé cette idée de label ?

Nous sommes avant tout 3 amis. Après notre rencontre, il y a quelques années, nous avons « grandi » ensemble en matière de musique électronique et nous partagions une vision proche au niveau de l’esthétisme musical. Nous avons eu, chacun de notre côté, plusieurs projets perso et finalement, l’idée est née l’an dernier lors d’une fête de retrouvailles.

Après ça l’idée est restée et s’est développée, jusqu’à aboutir en novembre. Nous voulions continuer d’évoluer ensemble et pouvoir proposer une ligne artistique et une valorisation de la scène musicale qui nous correspond parfaitement (Noise, Industrielle, EBM, Punk, Hardcore ). Il y a une énergie autour du mouvement. Je pense que l’on est dans un moment de renouvellement, d’effervescence collective. Plus que jamais, nous sommes désireux de faire nos preuves et proposer un contenu original.

L’identité musicale et visuelle du label se veut résolument sombre, violente et bretonnante (Askorn signifie os en breton et l’ankoù n’est autre que la personnification de la mort dans la mythologie bretonne. NDLR.). D’où vient cette envie de mixer culture bretonne et techno racée ?

Nos racines sont bretonnes. Nous y avons grandi et expérimenté nos premières fête. On a une attache sentimentale assez forte. En plus de ça, il semble que cette région est aussi une attache pour la culture techno, qu’elle a vue naître en France. Avec le sud de la France, la Bretagne est la région par excellence de la free party. La scène rennaise est riche, la scène brestoise également. On trouve un peu partout de très bons collectifs. Il y a une symbiose entre l’attache sentimentale que nous lui portons et la richesse musicale qu’on peut y trouver.

Briec aka « Le B » ou Ankoù est bilingue breton, on a ainsi profité de ses connaissances pour chercher des mots qui sonnaient bien et qui pouvaient se conceptualiser à l’infini. Donc finalement, ça s’est fait plutôt naturellement, sans jamais que la réflexion et le concept du label ne tournent autour de « bon, on va mixer culture bretonne et son qui tape » aha. On n’est pas les Ramoneurs de Menhirs et tu trouveras rarement des références au folklore breton dans notre travail. On ne se cantonnera d’ailleurs pas à la Bretagne pour nos projets.

De façon plus générale quelles sont les influences du label ? Que ce soit d’ordre musical, littéraire, cinématographique, etc.

On a tous les trois des sensibilités différentes. Ogmah vient initialement du Hardcore, il écoute également énormément de rap, comme Ankoù. Qui, en plus du rap, a toujours été un irréductible de la musique électronique bercée par les Chemical Brothers ou Prodigy. Pour ma part, je viens du rock et du punk. J’ai grandi entouré par les vinyles de mon père : les Beatles, les Doors, les Rollling Stones, les Clash, les Sex Pistols, Cure etc. J’ai eu une formation « classique » de batterie qui m’a également forcé à admirer et m’enivrer des grand bluesman et jazzman.

Au final, les histoires musicales de chacun font qu’il y a un peu deux côtés d’inspirations: de l’un ,Ankoù et Ogmah sont partisans d’une techno très noise et industrielle à la South London Analog ( Ansome, Ossian, Myler, Joeffar … ) ou tiraillée comme [KRTM]. De l’autre côté, bien que je sois également un grand fan de noise, industrielle et hardcore, j’aime le côté mélancolique et nostalgique des mélodies et nappes sonores que l’ont associe avec des percussions violentes et percutantes. Je pense notamment à I Hate Models ou Gijensu. En plus de ça, le côté punk de l’EBM nous attire également beaucoup. Initialement c’est Phase Fatale qui m’a entraîné dans cette voie avant que la scène EBM n’explose avec un tas d’artistes vraiment très bon. Après, on sera tous d’accord pour dire que les univers de Al Ferox, Ancient methods, RVDE, Ayarcana et d’autres nous inspire. On écoute beaucoup de choses.

Je connais moins les influences extra musicales de mes acolytes. Mais tout est lié finalement. J’ai un penchant pour la violence artistique en général, et de ce qu’elle est capable de véhiculer. C’est une sorte de catharsis aussi, comme au théâtre, un défouloir culturel. Que l’ont parle de Kubrick avec “Orange Mécanique” et “Full Métal Jacket”, Tarantino avec “Kill Bill” et “Boulevard de la mort” mais encore « La mort est mon métier » de Robert Merle.

Le 27 février, le label a opéré sa première sortie avec un various artist où l’on retrouve Thomas Delecroix, End Of Mortal Life, Exome, Sinus O, Veta M, Kenny Campbell et Nghtly.

Comment s’est effectuée la connexion avec les différents producteurs, notamment l’irlandais Kenny Campbell et les Italiens Exome et Nghthly ?

Thomas Delecroix et Sinus O sont deux artistes que j’ai connus avec Rive Droite records. End of mortal life est rennais, on est attentif à son travail depuis un moment et on se connaissait déjà de vu. Pour Veta M c’est un ami en plus d’être un très bon producteur. Nous ne connaissions Kenny Campbell que par son travail et sa notoriété, on l’a contacté car on partageait une vision musicale assez similaire. Il en va de même pour Exome et Nghtly, qui sont de plus petits artistes, mais qu’on avait vraiment envie de faire découvrir aux autres. C’est Maxime, aka Ogmah qui s’est chargé de ça.

À l’avenir, en matière de sorties, on doit s’attendre à quoi avec Askorn Records ?

Attendez-vous à tout… sauf de la douceur ahaha ! On réfléchit a un EP qui serait 4 versions différentes d’un seul et même son dans plusieurs registres différents. Aussi, on est en train de monter l’équipe pour le second EP. Puis on réfléchit également à affilier des artistes au label, pour vraiment pouvoir faire de l’accompagnement artistique. En ce moment, par exemple, je suis en discussion avec Koszmar et Monsieur Nobody, qui ont récemment lancé un projet en binôme… À suivre de près donc.

On souhaite en même temps développer un côté « production de soirées » , chose que nous n’avons pas faite jusqu’à présent. Pour les futures sorties, on aimerai bien arriver assez vite sur de la presse vinyle.

La soirée de lancement du label a eu lieu au White – UNDR Club au Mans le 1er décembre, quel retour as – tu sur cette soirée ?

Le club, petit, mais très cool était vraiment en feu. Les gens étaient comme exorcisés. Il y avait la queue dehors pour pouvoir rentré et la salle était pleine. Ça ne pouvait être qu’entièrement satisfaisant. On a vraiment passé un bon moment musical. Après, on avait aussi loué un Air BNB pour l’after et c’est un peu parti en couille. Du coup, les retours du côté du proprio c’était plutôt « la caution va sauter je vous préviens ! » ahahaha!

Ce vendredi, toi, Ankoù et Ogmah sont invités par Aeven pour une soirée au No Limit Night Club à Caen. C’est l’occasion pour vous de faire connaître le label hors de la Bretagne avant d’y foutre le feu ?

Oui, c’est l’artiste Æven qui nous invite sur Caen. On sera encore sur un format de « petite » soirée, intimiste et entre copains. L’occasion pour nous, d’expérimenter un set de 5h à 6 mains. On doit se roder à mixer ensemble, car c’est prévu qu’« Askorn crew », donc nous 3 apparaissent sur des lines-up comme si on n’était qu’une seule et même personne. J’ai hâte de voir ce que ça va donner, et que le public puisse être témoins de ça ! Bien sûr, on n’oubliera pas la Bretagne. Et la première « grosse » production de soirée qu’on fera, ça se passera sûrement sur Rennes. Restez sur vos gardes !

Le mot de la fin ?

Le rouleau compresseur est en marche ! Attendez vous à voir la bombe Askorn exploser vos provinces aha !

By Simon


Lien Facebook du label
https://www.facebook.com/askornrecords/

Lien Facebook de l’événement
https://www.facebook.com/events/1388380154637869/

Lien Soundcloud
https://soundcloud.com/askorn-records?fbclid=IwAR3w83wpjbqtQc9cDoE-vvL0_EQIJuHCVhctmaPARpkkZdnzprUz4bH_hk8