Le 18 janvier, à l’occasion du PWFM Winterclub numéro 5, il partagera l’affiche avec Vril, VII Circle et Sam X Sam. Jouant uniquement en live, il propose une techno sombre, mentale et sans limites. Rencontre avec Anechoic.

1) Concrètement, Anechoic, c’est qui ? C’est quoi ?

Le « c’est quoi ? » en dira davantage sur le « c’est qui ? ».

Anechoic / Anéchoique désigne « aucun écho ». C’est souvent une pièce avec des cales en mousse sur les 6 plans. Les fréquences basses, grâce aux formes des mousses, vont rebondir jusqu’à se perdre.

Les fréquences hautes sont absorbées. Du coup certaines personnes peuvent ressentir une certaine anxiété, un stress puisqu’elles sont obligées de tenter de compenser le vide par ce qu’ils ont l’habitude d’entendre, et qui n’est pas là.

2) Tu te produis exclusivement en live ou sous forme d’hybrid set, pourquoi ce choix ?

Ce qui me passionne dans ce domaine c’est quelque part me mettre en difficulté, et de tout mettre en œuvre pour la surmonter, aussi bien sur le plan technique qu’artistique.

On pourrait apprendre avec une certaine facilité à enchaîner deux morceaux, mais il est souvent bien plus compliqué de créer sa touche en apportant une part de créativité dans la performance.

Personnellement, je ne prends pas du plaisir à être derrière des platines, même si j’ai un immense respect pour celles et ceux qui savent très bien le faire.

Le mix m’a permis de connaitre des artistes, des tracks, et les influences, et maintenant l’hybrid live est l’aboutissement de tout cela, et me permet de confirmer mon son.

3) Comment est-ce que se déroule ton processus de création d’un live ?

Je suis souvent dans un processus de création efficient quand j’ai cumulé des idées et une certaine envie de faire quelque chose avec mes machines, c’est comme une envie soudaine. Se forcer et s’enfermer chez soi pour faire de la musique ne marche pas sur moi.

Je construis mes idées dans ma tête lors d’une phase de soirée, au travail, dans une usine, dans un entrepôt, dans l’hôtel, ou dans le train.

Je voyage en déplacement professionnel avec mon ordinateur et une machine pour concrétiser ce qui me passe à l’instant « t » dans ma tête.

Je « sample » souvent mes propres sons issus de deux synthétiseurs semi-modulaires, ensuite je les joue dans mes hybrid live avec d’autres tracks, et boucles. Le tout est de garder un certain thème musical pour assurer la cohérence de l’ensemble.

4) Quelle part est-ce tu laisses à l’improvisation ? Que ce soit lors de la phase de production ou de représentation.

La part de l’improvisation dans mes performances live hybrid suit la loi dite de Pareto, le principe des 80-20.

80% du résultat est issue de la préparation en amont, les 20% sont le produit de l’improvisation en direct (enchaînements, effets, « cuts », choix des samples à jouer avec quoi et à quel moment, etc.).

5) Quelles sont tes influences en la matière ? Tant pour le live que pour la musique électronique en général.

Je suis grand fan d’Anthony Child (Aka Surgeon) et de Karl O’Connor (Aka Regis), notamment quand ils se cachent derrière le pseudonyme British Murder Boys.

Ensuite j’aime bien le duo Arthur Cayzer et Jamie Roberts, également connus respectivement sous les pseudos Pariah et Blawan, ou Karenn lorsequ’ils jouent ensemble.

Le duo Rich Oddie et Christina Sealey connus sous Orphx, chez qui j’aime bien la touche expérimentale.

Enfin je n’oublierai pas le live à l’occasion de la Berlin Atonal de 2016 d’un certain Alessandro Cortini.

6) Et plus largement (musique, littérature, cinéma, etc.) ?

Il m’arrive de chercher de l’inspiration dans de la musique de certains films ou jeux-vidéo. Je commence à sérieusement m’intéresser au monde du modulaire et de la synthèse analogique. On m’a offert récemment le bouquin « Patch & Tweak » par Kim Bjørn et Chris Meyer, cela en fait ma littérature du moment !

7) Comment est-ce que tu qualifierais ta musique ? Au surplus, quel message est-ce qu’elle véhicule ?

Je m’efforce toujours de repousser mes limites et de présenter des idées nouvelles tout en protégeant une ambiance et une expérience en lesquelles je crois.

Transmettre des émotions au travers d’atmosphères deep et dark est quelque chose que vous allez retrouver de plus en plus dans ma musique.

J’aime bien jouer dans le créneau de la techno mentale. Des sections pulsantes et bruyantes avec un sens ardu du rythme sont des caractéristiques communes que j’essaye d’introduire en apportant ma propre empreinte au son.

Récemment j’ai sorti un EP de 7 tracks enregistrées en live sur le label Allemand Expérimental Label, il illustre bien cela, avec une approche expérimentale :

8) De quelle manière s’est opérée la connexion avec TDF Records (dont vous pouvez retrouver l’interview ici) ?

On s’est retrouvé en soirée avec l’un des co-fondateurs (Elliott S.) au Nouveau Casino peu de temps après mon arrivée à Paris.

Lui et Louis R., le deuxième co-fondateur de TDF Records, m’ont fait confiance et c’est de cette manière-là qu’on a commencé à travailler ensemble. La nouveauté pour moi à fin 2018 a été de rejoindre l’agence de booking Jannah Agency, qui s’occupe désormais de mes futures dates. C’est une belle aventure qui ne fait que commencer !

9) Premier passage pour toi au Glazart, comment est-ce que tu appréhendes la chose ?

Je partage un très beau plateau avec des artistes que j’aime beaucoup, et j’en suis très reconnaissant envers PWFM de m’avoir fait confiance, et pour le Glazart de m’accueillir.

Notre monde évolue à vitesse grand V, et il y a beaucoup d’illusion dans les réseaux sociaux et les publicités trop gonflées pour vous distraire. Avec autant de paramètres, je ne peux que vous recom-mander de prendre votre ticket, et venir supporter le collectif.

10) Le mot de la fin ?

Je vous donne rendez-vous le 11 janvier, à 20h, pendant une heure sur Clubbing TV qui sera un préambule à la soirée du Glazart.

Retrouvez Anechoic sur :
https://www.facebook.com/anechoicjl/
https://soundcloud.com/jayceluke?fbclid=IwAR1n0RIyLXDu4QGMVHOfad20bPJ3UTlILtLUqIfesg9c-NgIbw27ydEsweQ

Informations pratiques :

18.01 de Minuit à 7h

Achètes tes billets sur Digitick 

Lien de l’événement

By Simon