Le Collectif Mu investit du 12 au 16 décembre la Station – Gare des mines pour venir présenter la cinquième édition de Magnétique Nord. Pendant plusieurs jours vont ainsi s’enchainer projections et concerts, dont l’un des points d’orgue sera la mise en avant le samedi soir du club Robert Jonhson. Sur scène, on pourra aussi retrouver l’artiste Hørd qui viendra présenter son dernier disque nommé « Parallels »

 

Pour débuter cette interview, peux-tu te présenter ?

Je vais plutôt présenter mes disques.
J’ai sorti mon premier EP début 2014 sur le label belge Romance Moderne, avec 2 titres. Puis une K7 sur le label du Festival Visions l’été suivant, Les Disques Anonymes. Un premier vinyle 45tr à l’automne 2014, sur le superbe label parisien Anywave. J’ai ensuite eu la chance d’être sollicité par le label berlinois Giallo Disco, où j’ai sorti mon premier LP en 2016. Un an plus tard, le label Sacred Court (du musicien espagnol SNTS) m’a contacté pour un EP, sorti en février 2017. Entre temps, j’ai échangé avec le label italien AVANT! Records, avec qui j’ai la chance de sortir cette année mon second LP, « Parallels ». J’ai donc un projet très européen je crois !
Sinon, je suis français et je vis dans le XXIe arrondissement, à Bordeaux.

 

Quelles sont les influences musicales qui ont façonné ton style ?

Dans le genre des musiques « froides », les basiques sont The Cure, DM, NIN, Dead Can Dance, Sisters of Mercy, Nick Cave, Suicide, Soft Moon, etc.. je suis guitariste rock à la base, et bien sûr j’ai écouté beaucoup de choses, du blues à la techno, du jazz, du classique, des BO.. le cinéma joue aussi un grand rôle pour moi.

 

Quels ont été tes inspirations pour la production de ton LP « Parallels » parut en septembre dernier ?

J’essaie toujours d’évoluer d’un disque à l’autre, et de ne pas appliquer une sorte de recette déjà utilisée sur le disque d’avant. Sur Parallels, j’ai essayé de travailler les beats différemment, de les « assécher », surtout en downtempo. Même si ça n’est pas flagrant, j’ai voulu tirer certaines rythmiques vers mes influences hip hop. Ou disons plus « breakées ». J’ai beaucoup travaillé les voix en superposant les prises, pour donner un côté plus chorale et spectral.. car ma technique de mixage a beaucoup évolué aussi.
Je voulais également des structures plus simples et répétitives, surtout les basses et la rythmique.
Mais toujours garder des lignes très mélodiques pour les leads et la voix.
En gros voilà l’idée.

 

Avec quel setup te présentes-tu sur scène ?

Un synthé, des effets, un sampler, un ableton live. Ma voix bien sur, et une projection vidéo.
J’ai réduit un peu mon set-up depuis 1 an pour me déplacer plus facilement. Le mal de dos est une plaie.

 

Quels sont tes projets à venir ?

Je devrais commencer un travail sonore sur un film documentaire au printemps/été.
D’ici là, continuer à tourner quand c’est possible. Composer pour la suite de hørd. Et enfin enregistrer mon projet bis avec Volcan : Die Ufer.

 

Que penses-tu de la scène darkwave/synthwave en France ?

De mon point de vue, je pense qu’elle est assez invisible et peu représentée. Quand je tourne en Allemagne, Belgique, Suisse, par exemple, il y a des rassemblements énormes consacrés à cette musique, avec un public qui vient pour s’en prendre plein la tête, de la musique sombre pas festive, goth, glaciale. Je n’ai pas le sentiment qu’il y ait d’équivalent en France. Et surtout pas à Bordeaux, où la musique est vue par le prisme du rock/pop, du moins d’un point de vue des lieux institutionnels. Après il y a du synth punk, et surtout beaucoup de techno dans les lieux plus alternatifs. Mais ça n’est pas la même chose je trouve. Mais moi ça me va très bien, grâce à cela je tourne pour 80% à l’étranger, et à Paris !

 

Enfin, quelle est ta dernière trouvaille auditive ?

J’ai joué au Backslach Festival à Zurich il y a 1 mois, j’ai partagé l’affiche avec des supers projets électroniques, dont un de Bristol, Giant Swans. Je recommande leur Boiler Room à Londres. Je n’aime pas tout, mais leur live techno me rappelle l’énergie que déploie mon pote Jardin sur ses sets.

 

Vous pourrez retrouver Hørd à la Station – Gare des mines le jeudi 13 décembre dans le cadre de Magnétique Nord 5 : https://www.facebook.com/events/926240854244936/

 

By dorian

Crédit Photo : Félicie Novy