Cette semaine on rencontre Mélina Quintin et Nina Veyrier, fondatrices du ROUXTEUR FESTIVAL qui se déroulera le 5 et 6 octobre prochain!
Basé autour de la culture numérique, le Rouxteur fête cette année sa deuxième édition, et est plutôt très attendu…

Pour l’occasion Mélina et Nina nous font découvrir son origine et sa programmation de haute voltige.
Amoureux des arts visuels, ou tout simplement curieux, ce festival est pour vous!

 

Salut les filles! Commençons par le commencement: le ROUXTEUR Festival c’est qui, c’est quoi?

M : Le Rouxteur festival c’est un projet de copains qui est né suite à un apéro un peu trop arrosé…
Mains d’Oeuvres est un véritable terrain de jeux, et on adore organiser des événements afin de croiser différents horizons et univers artistiques. On a donc organisé en avril 2017 une soirée dédiée aux arts numériques et à la musique, avec le projet Da Sweep et sa création Omega Point. On a eu envie de pousser un peu l’expérience, et de proposer un projet sous forme de festival en octobre 2017. Cette année, la programmation s’étend sur deux jours dans les 4000 m² de Mains d’Oeuvres à Saint Ouen.

N: Le Rouxteur c’est un projet né d’envies et de goûts partagés par des personnes qui bossent ensemble mais qui sont aussi (et surtout) copains. On a développé ce projet à partir de nos coups de cœur artistiques mais aussi du coup de cœur qu’on a eu pour cette friche atypique qu’est Mains d’Oeuvres, et qui maintenant est un peu comme notre deuxième maison !

 

La première édition en 2017 a marqué bons nombres d’esprits. Vous aviez pensé le festival avec l’idée de le réitérer les années suivantes ou c’était à l’inverse un moment marquant que vous vouliez créer comme un happening?

M : Comme je te disais, on ne savait pas trop où on allait. On nous a donné la possibilité de faire ce festival, avec toute l’équipe de Mains d’Oeuvres derrière nous. C’était la première fois qu’on avait vraiment les rênes d’un festival, alors on a programmé des copains et des artistes qu’on adore. Sans trop penser à l’année qui allait suivre. Finalement, on se lance pour un festival sur deux jours en 2018. Donc deux fois plus de coups de cœurs artistiques et de fête. On verra ce qui se passe pour l’année prochaine, mais il faut garder en tête que TOUT est possible à Mains d’Oeuvres.

 

Ce qui est génial dans le ROUXTEUR Festival c’est qu’il y en a pour tous les goûts. Beaucoup de formes d’arts sont représentés, tous autour de l’art numérique. Peux-tu nous parler un peu de la programmation justement?

M: Là encore, on a vraiment la possibilité de programmer ce qu’on aime, et sous la forme que nous voulons. Mains d’Oeuvres est un centre d’art pluridisciplinaire depuis presque 20 ans maintenant, c’est pourquoi on a voulu faire ce festival à son image.

L’événement s’ouvrira avec deux tables rondes qui questionnent justement cette volonté de mêler les arts numériques avec d’autres formes d’arts : une première -Musique et archive- et une seconde -Théâtre et numérique-.

Cette année, nous avons accepté de relever le défi d’activer numériquement l’exposition temporaire à Mains d’Oeuvres Traverser la mer sans que le ciel ne le sache avec l’artiste Djeff.

Djeff

Nous sommes vraiment fiers d’accueillir des têtes fortes de la musique électronique et des arts numériques comme Franck Vigroux & Kurt d’Haeseleer qui nous présenteront CENTAURE. Ou encore Jean-Baptiste Cognet, Guillaume Marmin et Carla Pallone avec leur majestueux projet Walter Dean.

Pour le côté festif, on laisse place aux machines de Vernacular, à la techno d’Isolated Lines, et au DJset toujours très efficace de Vox Low, accompagné cette fois d’un live basse.

Vernacular Orchestra

N: A l’image du routeur, petit appareil qui sert à connecter et lier des éléments, on avait vraiment à cœur de créer un événement hybride, où toutes les disciplines seraient représentées et liées par le médium du numérique. Dans chaque espace, le spectateur pourra vraiment vivre une expérience différente: jouer à l’installation interactive et collaborative Point à Point du collectif Deuxcentdix, contempler les images en trois dimensions du projet féerique Enlightenment de SYN Art group ou sur la musique post punk électronique d’Ordrer 89… Le Rouxteur c’est vraiment un parcours immersif, sensoriel et multiple dans lequel il faut s’aventurer.

 

C’est quoi qui vous rend les plus fières dans cette programmation?

M : Ce qui me rend vraiment fière c’est de pouvoir proposer une programmation intergénérationnelle, et pluridisciplinaire. Ce festival est à l’image du lieu qui nous accueille. On retrouve de jeunes projets comme le producteur parisien Mokado ou encore l’artiste lillois Stienis aux côtés d’artistes renommés comme Monolithe Noir, ou encore le collectif Cela.

N: TOUT PAREIL

CELA

 

Monolithe Noir

Et à ce qui paraît le festival est gratuit pour les roux… on a besoin que tu nous confirmes les dires vu qu’on a des roux dans l’équipe.

M : Alors oui le festival est bien gratuit pour les roux. C’était une volonté de la directrice de Mains d’Oeuvres, et on a accepté de jouer le jeu! En fait, deux des trois organisateurs sont roux : Aurélien, le directeur technique et moi-même. Tout part de là… Mais je t’ai prévenu… ce projet est né d’un apéro plutôt arrosé, faut pas nous en vouloir !

 

Pour vous l’enjeu c’est quoi cette année?

M : Le véritable enjeu de cette année est de proposer une programmation encore plus qualitative que l’an dernier, et un parcours encore plus immersif. Et évidemment que le public soit au rendez-vous.

N: L’enjeu c’est que le public adhère à ce qu’on a voulu proposer, qu’on remplisse Mains d’Oeuvres, et que la fête soit au rendez-vous !

 

Ça promet d’être un événement marquant et totalement en phase avec les changements que la culture peut connaître aujourd’hui. On ne peut qu’encourager ce genre de démarche.

M : Oui je crois qu’en ce moment ça bouge vraiment culturellement. Il y a de plus en plus d’espaces pour laisser les collectifs et les artistes s’exprimer, et en même temps, politiquement, ça avance vraiment au ralenti. Les publics ont besoin de se sentir libres quand ils sortent faire la fête. Mains d’Oeuvres est un véritable labyrinthe, et on pousse vraiment les spectateurs à venir se perdre à travers un parcours immersif pendant le Rouxteur.

N: Oui, et c’est vraiment ce qui fait la force de Mains d’Oeuvres. C’est un des rares lieux à permettre une si grande liberté aux artistes et au public. Il faut vraiment continuer à soutenir ces espaces car ce sont les plus vulnérables face à la politique actuelle où la culture est loin d’être un mot d’ordre.

 

Nous serons aux premières loges du ROUXTEUR Festival. Vive les roux et vive l’art numérique. Je vous laisse le mot de la fin:

Bravo la fête!

Line-up Rouxteur

Infos :
Rouxteur Festival
5 & 6 octobre à Mains D’Oeuvres
1 rue Charles Garnier
93400 Saint-Ouen

Billetterie
Event Facebook 
Site internet