Le 5 octobre prochain, dans une warehouse encore gardée secrète aux abords de Paris, Distrikt et Initial s’associent pour vous faire kiffer pendant toute la nuit. Au programme, Traumer et son autre alias Marion Poncet, mais aussi Le Loup, Felipe Valenzuela B2B Dani Casarano et The Darrs. Pour l’occasion, on a voulu en savoir un peu plus sur cet évent hors du commun.

Depuis quand le collectif Distrikt Paris existe-t’il ? De combien de membres se constitue-t’il ?
Le collectif s’est constitué fin 2015. Le noyau dur se constitue de 3 personnes, les initiateurs du projet. Projet qui s’est développé depuis car nous sommes aujourd’hui 7 membres avec chacun un pôle attitré.

D’où provient votre nom et quels sont vos styles de musiques de prédilection ?
Après le lancement du premier event brandé “Distrikt” à la fin de l’année 2015, nous voulions réfléchir à un autre nom qui reflète vraiment notre volonté de s’installer durablement dans le paysage électronique parisien, français et international. Rajouter la mention “Paris” nous est alors apparu comme évident. “Distrikt Paris”, c’est cette idée que nous souhaitons créer un véritable quartier de Paris, le temps d’un événement. Concernant notre style musical, il est vrai que nous avions dans un premier temps une direction artistique très axée minimal house et micro, correspondant à ce moment là à notre envie de nous démarquer et de proposer un style musical qu’on kiffait ailleurs que dans des clubs, on faisait partie des premiers à ce moment là.  Au fur et à mesure, nous avons évolué en même temps que nos goûts musicaux. Aujourd’hui, nous n’avons plus de frontières musicales. Certes nous défendons une « vibe » particulière, mais musicalement, nos guests jouent de tout : house, techno Détroit, électro, breaks, minimal, acid, micro… tout ! Et on adore ça.

Où se situe votre fief ? Comment est venue l’idée de cet événement commun avec Initial ?
Notre QG c’est l’Ile de France bien sûr : Paris et ses magnifiques banlieues <3. Honnêtement, Initial sont avant tout des amis proches. S’associer avec eux pour un event semblait être évident tant nos appétences musicales, ainsi que notre esprit de fête libre, sont identiques.

Comment avez-vous débusqué l’entrepôt qui accueillera la soirée ? Combien de personnes peut-il contenir environ ? Est-ce devenu compliqué de proposer des lieux inédits sur Paris ?
C’est en effet toujours un peu compliqué de trouver des lieux inédits en région parisienne. D’une part parce que le nombre de collectifs a augmenté ces dernières années, et par affiliation, la course aux lieux chanmé également.Et d’autre part parce que le public parisien est de plus en plus exigeant, on ne peut plus proposer n’importe quelle warehouse délabrée en prétextant que ça ferait un bon spot pour teuffer ! Le lieu choisi pour cet event est un réel coup de coeur : il contient plusieurs salles, pour s’échauffer, danser ou bien se reposer. Un escalier permet aussi de monter à une mezzanine dédiée au chill, pour ceux souhaitant observer le combat et apprécier la musique d’en haut. Les petits plus : une hélice de 2m de diamètre rafraichira le public et la présence d’un grand patio végétalisé pour prendre une pause. On est surtout fan de ce lieu parce qu’il est intimiste, seulement 800 personnes pourront s’y retrouver.

Vous avez choisi un thème qui sort de l’ordinaire : la boxe. Pourquoi ? En quoi l’idée de « confrontation » est-elle intéressante ?
On avait envie avec Initial de proposer quelque chose de différent, qui sorte de l’ordinaire. Et puis les events qui offrent une expérience 360°, de la déco au son en passant par la communication, restent rares à Paris. L’idée de confrontation matche particulièrement bien pour nous avec le milieu de la musique et des b2b. Ça va apporter un peu de piment aux sets des artistes, surtout dans le cas de Traumer qui sera en réalité en fight avec son alter égo plus techno, Marion Poncet. Un combat un peu szycho, certes, mais ça promet !

Quels éléments allez-vous mettre en œuvre pour nous immerger dans le thème ?
On va vraiment essayer de pousser le délire à fond. En plus des affrontements musicaux, la déco sera aussi au rendez-vous : le DJ booth sera pimpé en réel ring (made by Triple D), des sacs de boxe seront pendus au plafond, il y aura des accessoires en lien avec le thème, et un super mapping à 200° par Raeve Lucid… On a même organisé un concours pour trouver nos ring card girl and boy, qui annonceront les différents temps forts de la soirée sur scène !

Vous avez donc invité vos « artistes-poulains » sur scène. Peux-tu nous en dire plus sur le choix de la programmation, ainsi que sur la manière dont vous vous êtes répartis les artistes ?
Nous avions à coeur de proposer un plateau éclectique couvrant notre large spectre musicale. La touche originale du plateau est bien l’association des deux projets de Romain (Traumer et Marion Poncet). En mariant la house et la minimale, nous pouvons définir notre identité musicale. Ensuite, inviter le label Melcure avec Dani, Felipe et Le Loup est quelque chose qui nous tenait à coeur car ce sont 3 artistes majeurs de la scène internationale que nous apprécions énormément. Enfin, The Darrs est la touche “foreigners”, qui est pour nous un véritable coup de coeur.

Cette soirée est-elle la première d’une lignée de collaborations avec Initial, ou reste-t’elle singulière ?
Pour l’instant singulière, mais on ne sait jamais de quoi est fait l’avenir.

Peux-tu nous dire un mot sur vos projets à venir ?
Pour Distrikt Paris, des events toujours avec le même standing, en club comme en warehouse. Nos prochaines dates : le 2 novembre au Nouveau Casino accompagnés d’un Uruguayen dont c’est sa première fois à Paris puis le 1er décembre pour nos 3 ans, un line up de compét pour une fête d’anniversaire qui risque d’être inoubliable.

By Quentin