Faisant vivre les différentes scènes de la ville de Lille, Enlace Records est devenu depuis 4 ans un acteur incontournable de la scène électronique de la région. Fondé en 2014 par Joffrey Miroux A.K.A. Joek, personnage ayant arpenté le monde de la nuit des free parties jusqu’aux clubs, le label se charge aujourd’hui de la production, du management et du booking de pas moins de 8 artistes, et pousse toujours plus loin la diversité et la nouveauté musicale.

Hello, merci de répondre à nos questions ! Tout d’abord, pouvez-vous nous dire quand et comment s’est fondé Enlace Records ?

Salut ! Enlace est tout simplement la continuité d’une passion technophile que j’ai démarrée en 1991 et qui m’a donné l’envie d’amener mes coups de cœur musicaux et humains sur la voie professionnelle en permettant la diffusion de leurs œuvres. Il manquait sur la région, un label avec pignon sur la diversité des musiques électroniques, je me suis donc lancé dans cette aventure en 2014.

Quel est l’univers musical que vous souhaitez développer et promouvoir avec le label ?

J’ai créé le projet autour de 4 entités que j’appelle toujours le “noyau dur”. Ces 4 fantastiques représentent l’éclectisme que je voulais et que je veux toujours mettre en avant, mais aussi et surtout 4 univers distincts que j’affectionne. Au lancement du label, on avait donc Marquise (Future beat – Beatmaking), Si (House – Jackin’), Cravach (Deep Techno) et Goldhammer (Jersey – Uk house)

La première année a été une consécration, car autour de ce noyau s’est greffée une multitude d’artistes avec des projets complètements établis et sur lesquels je n’ai pu fermer les yeux. Le développement du label aujourd’hui ne se fait pas autour d’un univers musical en particulier mais sur l’histoire et les émotions que la musique m’apporte.

3 tracks qui définissent Enlace Records et pourquoi ?

Barbarella Wang- When the sun goes down (Anh.K remix)

Le succès et la qualité de cette track reflètent tout simplement mes choix dans l’éclectisme. On a ici deux artistes du label qui bossent et se remixent sur une sonorité qui dénote de l’ambition “club” qui était la base du projet.

Bambounou – Night

C’est l’artiste Français que l’on respecte depuis ses débuts, et qui nous fédère sur la façon dont il envisage ses productions, son style ou ses sets en club. On a aussi eu la chance de jouer avec lui les deux fois où il est passé au Magazine Club.

Claude Von Stroke – Dood

Tout simplement parce qu’on rêve d’aller passer un week end au BBQ organisé par le label Dirty Bird au Texas 🙂

Les artistes signés sur Enlace sont majoritairement issus de la région lilloise, pourquoi ne pas s’étendre à des artistes au-delà ?

Je pense avoir besoin d’un ressenti humain en plus de l’artistique, donc la proximité a un rôle primordial. Mais pour répondre à ta question, je suis loin d’être contre cette idée. D’ailleurs, la situation inverse se présente depuis l’année dernière, puisque les artistes Si et Renoizer sont partis vivre à la capitale et Blaise Bandini s’est expatrié sur Barcelone.

Quel est votre avis concernant la scène électronique actuelle dans le bassin lillois ? Comment la musique électronique est-elle intégrée (au niveau du public, des clubs, …) ?

En ayant fait l’inventaire depuis plus de 15 ans avec les photos, l’organisation ou la DA de soirées, je dirais que la scène alternative a toujours été super active sur Lille. Elle est de plus en plus comprise par les nouvelles générations, les médias etc. ce qui est une bonne chose pour ne rien lâcher dans ce domaine, s’adapter et communiquer avec les nouveaux outils et réseaux. Notre réseau est toujours présent dans le respect et l’ambition d’Enlace Records, mais le turnover du public est tellement rapide qu’il est difficile de récupérer tout le monde au vol. Cela laisse donc naturellement la place aux jeunes et nouveaux collectifs, comme un éternel recommencement.

Après avoir fêté les 4 ans d’Enlace Records, quels sont les futurs projets de soirées et de sorties du label ?

Depuis le début d’année, nous avons déjà mis un bon coup de pied dans la mare avec 5 sorties d’EP produits par 5 artistes différents : Aquariel, Greg Denbosa, Renoizer, Silvio Daria et Goldhammer. Le 8 juin sort le deuxième EP d’Octave Parango nommé « Off the Beaten Track » et on enchaîne le 22 juin avec la troisième compilation du label.
Pour cet été, Aquariel et Octave Parango seront présents sur trois festivals de la région.

On reprend de plus belle à la rentrée avec bon nombre de sorties et l’arrivée de deux nouveaux artistes. Le fameux Jardin Électronique qui se déroule en septembre et sur lequel on est présent chaque année, va d’ailleurs annoncer une de ces deux nouvelles signatures, donc on garde encore un peu le secret. On est aussi en train d’organiser une date en novembre au Magazine Club en plus de nos résidences.

En fait, le gros travail du label dans les prochains mois sera la production pour les artistes en voie de professionnalisation et le booking sur d’autres horizons que les Hauts-de-France. Pas le temps de niaiser !

Un dernier mot pour la fin ?

« La musique mérite d’être la seconde langue obligatoire de toutes les écoles du monde. »
Paul Carvel