Le temps d’une nuit d’Avril, Owl ce jeune oiseau de nuit, nous dévoile son EP “In Da Night” sorti sur Distile Records. Cet EP nous fait voyager, avec une mélodie vaporeuse, une basse groovy et un thème pour chaque son qui vous reste dans la tête. Sensations garanties!

 

 

 

Dans un premier temps, peux-tu te décrire? (d’où viens-tu, depuis combien de temps tu fais de la musique)

Je suis originaire d’Albi en région toulousaine. J’ai grandi dans une famille de musiciens (mère guitariste classique concertiste/professeur en conservatoire et tante altiste à l’orchestre philharmonique de Strasbourg) et je me suis tourné vers le piano classique au conservatoire vers l’âge de 7 ans. J’ai commencé à faire de la guitare électrique en parallèle vers mes 14 ans avant de commencer à composer de la musique électronique vers mes 17 ans sur Reason.

Je suis monté sur Paris à 20 ans pour commencer une formation d’ingénieur du son à l’ESRA puis j’ai bossé comme assistant ingénieur du son aux Studios St Germain pendant plusieurs mois.

 


Quels sont les artistes (ou peut être sons) qui t’ont donné envie de faire de la musique électronique?

J’écoutais beaucoup de Dubstep et Drum&Bass au moment où j’ai commencé à faire de la musique électronique, mais c’est plus des artistes comme deadmau5, Alt-J ou Massive Attack qui m’inspirent aujourd’hui, même si les deux derniers sont assez éloignés de ce que je fais actuellement.

 


Comment décrirais-tu ton univers musical ?

Je dirais que c’est un mélange entre des ambiances planantes et une funk électronique, tout en gardant un côté French touch rétro.

 


Peux- tu nous parler de ton nouvel EP. (Dans quel mood l’as-tu fait? Quelles ont été tes inspirations? comment décrirais-tu ton EP?)

Je ne pourrais pas vraiment dire dans quel mood j’ai fait mon EP car la composition de certaines de mes tracks a été étalé sur plusieurs mois.

Pour mes inspirations, l’ensemble de Roche Musique ont beaucoup joué sur le mood de l’EP, mais j’ai quand même gardé mes inspirations classiques dont je parle plus haut.

À travers cet EP, j’ai essayé de créer une ambiance planante et hypnotisante grâce à de longues nappes d’accords et des arpèges aériens, tout en gardant un beat assez lourd et impactant avec de grosses drums et basses.

 


Avec quoi travailles-tu?

J’ai un Moog Minitaur avec lequel je fais quasiment l’ensemble de mes basses et quelques arpèges. Pour mes guitares, je les enregistre avec une vieille Yamaha que je passe dans Guitar Rig de Native Instrument. Ensuite pour toutes les drums, beaucoup de samples que j’ai accumulé et quelques éléments de Battery 4. Pour le reste, beaucoup de VST de chez Arturia, et enfin la suite Waves pour le mixage.

 


Il y a-t-il des artistes avec lesquels tu aimerais collaborer?

Même si ça fait un peu pédant, FKJ. C’est un multi-instrumentiste que j’admire beaucoup, surtout sur sa façon de jouer live, qui se rapproche beaucoup de ce que j’aimerais faire à terme.

 


Quelle est la dernière release qui t’a fait le plus kiffer?

Le dernier album de Tom Misch. Et plus particulièrement cette track :

Une petite histoire derrière ton nom d’artiste Owl?

J’adore les hiboux depuis tout petit. Mon père est ornithologue dans ma région d’origine. Ils ont monté un centre de soins pour les oiseaux blessés avec son association, et j’ai eu la chance d’assister à une remise en liberté d’un hibou qu’ils avaient soigné, en fin d’été, avec un petit coucher de soleil, c’était très touchant.

 


 Quelle est la prod’ dont tu es le plus fier?

J’avais sorti « Walk » il y a déjà un peu plus de deux ans. Je l’ai retravaillé depuis pour la sortie de l’EP, donc vu le recul que j’ai pu avoir dessus depuis tout ce temps, je pense que c’est celui ci qui est le plus abouti et qui représente le mieux l’ambiance que j’essaie de créer dans ma musique.

 


A quand un prochain live à Paris? 🙂

Soirée Distile Records à l’EP7 le 26 mai avec Rivière Monk et Luksek !

 

interview by ilena