Après un passage remarqué à Brest en février dernier, le label Rive Droite Records s’est volontiers laissé approcher. Rencontre avec Maxence alias Opäk, membre actif de l’organisation du label. 


Salut Maxence ! Présente-nous le label Rive Droite Records que ce soit au niveau de la formation, l’origine du nom, le type de musique jouée/signée et de la localisation géographique du label.

Hello ! Rive Droite est un label parisien indépendant fondé en 2012 par Thomas Delecroix. Principalement axé techno industrielle, on y trouve cependant des tracks aux tonalités plutôt acid (comme Acid Drop de Madlex), de l’ambient bien torturée ainsi que du breakbeat. Actuellement, le fer de lance du label est la valorisation artistique de l’undeground parisien. Attachés à l’objet en tant que DJ’s et mélomanes, on a privilégié les sorties physiques sur vinyle jusqu’à présent. Les 3 artistes du label sont Thomas Delecroix, Sinus O et Madlex. On a également eu la chance d’avoir des remixers comme D. Carbone, VSK ou Joaquin Ruiz ! L’origine du nom est géographique. En effet, le label est basé sur la rive droite de la Seine à Paris.

Parlez-nous de vos projets passés et surtout futurs (sorties/ soirées).

On à jusqu’à présent sorti trois vinyles en plus des trois premières railleuses en digital : Hollow Earth EP qui est un Various Artist sur lequel on trouve Madlex, un remix de Joaquin Ruiz, Sinus O et un remix de VSK.

Sliders, EP de Thomas Delecroix et Exorcism auquel à participé D. Carbone en tant que remixer en plus de Thomas Delecroix et Sinus O.

Le projet d’un septième EP est en train d’aboutir, on vous garde la surprise…C’est d’ailleurs la formule utilisé lors de nos événements.

Dernièrement, c’est moi-même, membre actif de l’organisation du label, mais encore jeune artiste a qui on à fait une place sur le plateau de Brest. Plus anciennement lors de la Kraken organisée au Glazart le 17 novembre 2017 on avait conçu une deuxième scène pour laisser s’exprimer des artistes de crews parisiens qui n’avaient pas fait énormément de scènes mais qui ont assuré, notamment un live sur modulaire de très bonne qualité.

C’était la première fois qu’on s’exportait du Batofar qui a abrité bon nombre de release party et soirées à son bord ! Depuis on a aussi collaboré avec Tripalium, un label qu’on adore, pour une soirée au Glazart où se sont succédé des artistes de leur écurie comme Verset Zéro et Paulie Jan aux côtés des nôtres. On a pour idée de s’exporter un peu hors des abysses parisiens pour propager notre musique de manière plus large. D’où notre dernier projet en collaboration avec ROUND. a Brest.

Le 16 février dernier vous organisiez une soirée avec le label Round à la Suite à Brest. Les DJs étaient Leiras (Ownlife – Olympian – Pure Traxx), Kaya (Round.) et Veta M (Round.). Comment s’est faite la collaboration avec Round. ? Pourquoi à Brest ?

Brest est une ville assez industrielle, l’ambiance y est particulière et c’est la Bretagne. Le terreau y est fertile pour des ouragans technos comme celui que nous avons organisé. Le public est réceptif et sincère vis-à-vis de la musique techno. C’était une collaboration avec ROUND., notre seul invité était donc Leiras. 

Round. connait les rouages de l’organisation en Bretagne puisqu’ils y proposent souvent des soirées et nous voulions partager le plateau avec des locaux. D’ailleurs, à l’instar de Pierre Floch alias Kaya, DJ et directeur de Round. je suis également breton. Il était alors naturel et plaisant de faire une date ensemble dans la région. C’était réussi, on en garde un très beau souvenir. Vive la Bretagne, on est impatient d’y retourner.

Votre plus beau souvenir en tant que label (soirées/sorties)? Vous pouvez évoquer un de chaque.

Les plus beaux souvenirs ce sont les gens qui aiment notre musique, qui dansent au rythme effréné de nos mélodies brutales, de nos kicks puissants, qui crient leur joie, qui la siffle. C’est aussi l’ambiance que notre musique, notre public, nos lieux arrivent à dégager. C’est pareil pour nos sorties : le fait de créer, de faire appel à des artistes talentueux c’est ce qui forge notre capital souvenir en tant que label.

Un dernier mot pour la route ?

Resté informez, les démons de Rive Droite ne tarderont pas à refaire surface… Rave on !


 

Retrouvez Rive Droite Records sur :

https://www.facebook.com/RiveDroiteRecords/

Retrouvez les interviews de Leiras et de Round en cliquant sur les liens hypertextes éponymes.

By Simon