Dans le cadre de leur date aux Nuits Electriques le 9 décembre prochain à Lille, on a posé quelques questions au duo lillois Too Many Cars. Pour l’occasion, ils nous ont aussi concocté un mix 100% italo disco qui s’écoute en boucle… 

Gagne ton pass 2J pour les Nuits Electriques ici !

Hello les gars ! Commençons par le commencement. D’où vient le nom de scène « Too Many Cars » ? Ca m’intrigue.

Hello Sakatrak ! Alors ce n’est pas forcément hyper drôle, à la base c’est Too Many Cars in the Kitchen. Comme c’était trop long, les gens écrivaient TMCITK. Ils oubliaient toujours une lettre du coup on a raccourci. Et ça vient de l’époque ou Séb faisait ses études à Dublin. En sortant un soir de boîte il y avait des voitures partout, trop de voitures… Donc Too Many Cars, et comme la soirée s’appelait Too Many Cooks in the Kitchen, c’est devenu Too Many Cars in the Kitchen. C’est presque gênant à raconter. On essayera sûrement d’inventer une fausse histoire plus fun à l’avenir…

 

Comment est né ce projet ?

A la base on est meilleurs amis depuis la maternelle. On a découvert le mix ensemble au début du lycée. On a commencé à mixer pour nos potes dans des soirées privées. Les soirées où tu mixes n’ont pas de flyer ou autre, du coup pas besoin de trouver de nom. A notre première vraie soirée en 2011 je crois, il nous fallait un nom et l’histoire qu’on a raconté au dessus nous est arrivée. Avec les études au début ce n’était rien de sérieux, mais depuis 2/3 ans ça commence à prendre un peu plus d’ampleur. On a commencé à produire des choses potables qui peuvent nous mettre en avant et à avoir de belles dates à Lille.

 

Le 9 décembre prochain vous jouerez aux Nuits Electriques à Lille, aux côtés de Folamour, Fjaak ou encore Modeselektor. Ca fait quoi ? (Même si on sait que c’est pas le début ; vous avez déjà joué aux côté de Lazare Hoche, Detroit Swindle et beaucoup d’autres…)

Franchement c’est assez dingue. Quand tu commences à mixer dans ta chambre à 15 ans, t’es loin d’imaginer que tu vas pouvoir jouer avec ces gens là un jour. Tu rêves d’abord de mixer dans la boîte ou tu commences à sortir ! La première fois qu’on a joué avec Detroit Swindle c’était vraiment cool, rien que de les voir arriver dans le booth derrière toi. Maintenant on a l’habitude, du coup ça nous fait plus rien (humour) ! Rien que la semaine dernière on a repris les platines derrière Boo Williams. C’est toujours des grands moments dans ta petite carrière de dj.

 

A Lille, Séb est aussi connu pour tenir le disquaire Vinyl Dealer. Quelle approche musicale adopte-t-il là-bas ? Quels styles met-il en avant ?

Alors c’est un disquaire orienté électro. On y trouve de la house, de la techno, de la micro/minimal, de la disco, de l’italo… Du neuf et de l’occasion. Le style de prédilection c’est bien entendu la House parce que c’est le domaine de base de Séb. On essaye de mettre en avant des collectifs Lillois à travers des bacs qu’ils peuvent gérer. Soit ils font une sélection dans le magasin comme les Chineurs de Lille, soit ils en choisissent le contenu en faisant des listes à Séb à commander. Il y a aussi des djs qui revendent leur collection comme le lillois Inner Sense de My Love Is Underground ou Jacq de Berlin.

 

D’ailleurs quel vinyle reçu récemment chez Vinyl Dealer vous recommendez aux lecteurs qui souhaiteraient s’y rendre ?

S’il fallait en choisir un en ce moment, en neuf, ce serait le Secret Squirrels #16. Un label assez mystérieux qui sort des édits toujours incroyables. Là on a en face A une petite merveille qui mélange l’italo et la disco, en face B on a un mélange de deep disco acid, bref une vraie bombe !

Et plus généralement, un nouveau release qui vous a particulièrement plu ce mois-ci ?

On pense à l’ep Inspiration de Don Carlos, une pointure de la house italienne 90’s qu’on peut appeler « Dream House ». C’est sur le label grec Echovolt. 4 tracks qui nous rappellent typiquement le style de Don Carlos.

 

Vous avez sorti des tracks house vraiment top sur les labels De La Groove et Sure Cuts Records. Mais l’Italo disco c’est aussi votre truc, preuve avec ce mix produit pour Sakatrak. Vous comptez produire de l’italo ?

On est justement en train de produire un Ep italo en ce moment. Italo cosmic / modern, on ne sait pas trop comment appeler ça. Cela revient très fort à la mode en ce moment. C’est vraiment un plaisir à produire. C’est rempli de synthés kitsch. Il est bientôt terminé et on espère le signer sur un bon label !

 

Votre meilleure expérience en club ?

Plusieurs expériences qui marquent vraiment. Déjà en 2013, un peu nos débuts, on était au Cap’tain en Belgique, on passait avant Kartell et Lazare Hoche. Il y avait 1500 personnes. Et voir 1000 bras en l’air par moment, c’est marquant et incroyable. Il y a aussi le mix avec Detroit Swindle au Magazine Club, club mythique de Lille avec une salle pleine et ambiance de dingue. Notre premier all night long de 8 heures il y a 2 mois est aussi un excellent souvenir, à La Relève.

 

Votre rêve en tant que DJ ?

On en a plein, on se donne un peu des paliers à atteindre au fur et à mesure que l’on progresse. Au début ça commence par avoir une date puis c’est mixer en boîte, après ça devient mixer dans telle boîte, sortir un ep, sortir un ep sur vinyle… Mais si on devait garder un rêve qu’on a depuis quasiment le début, c’est mixer avec le duo Bicep. On s’est toujours dit que le jour ou ça arrivera, si ça arrive, on pourra prendre notre retraite le lendemain parce qu’on aura accompli ce qu’on voulait !

 

Des projets futurs à partager ?

Et bien nos premières sorties vinyles, sur les labels Sure Cuts Records (qui doit sortir d’un jour à l’autre, il y a des retards) et De La Groove (qui sort le 12 Janvier). Sur Sure Cuts c’est une track disco, sur De La Groove c’est une track dans l’esprit rave House 90’s.

Niveau date, on a notre résidence all nigt long à La Relève qui revient ce jeudi, le lendemain on a la première date de notre nouveau concept « Forza Italo » qu’on a monté avec notre pote Victor Mottez. C’est tout simplement une soirée dédiée à l’italo avec tout ce qui va avec, la musique et la déco kitsch. On a aussi nos deux premières dates à Paris depuis 2014, notamment une au New Morning pour la release party du vinyle sur De La Groove, le jeudi 21 décembre.

 

La track qui, pour vous, chauffe la salle à coup sûr ?

On l’a mise dans le mix. Elle met toujours un bordel.

 

Et celle que vous pourriez écouter dans n’importe quelle situation ?

Satisfy de Bicep sur Feel My Bicep. Du génie.