A l’occasion de son passage au Macki Music Festival le 1er juillet prochain, on a posé quelques questions à Sentiments, DJ et producteur lyonnais qui accumule les dates en ce moment ; il sera également à La Chinerie Festival le 8 juin et au Sismo Festival le 22, les deux à Lyon.

Hello Arthur ! Ca a commencé quand le projet Sentiments ?

Hello. J’ai commencé à produire et jouer des disques en tant que Sentiments en arrivant à Lyon, au moment où était en train de se créer Groovedge Record Store, le shop, l’équipe, puis le label. La chance était avec nous car beaucoup de choses qui viennent de Lyon se sont plus ou moins créées cette année, ça a été un période très riche en rencontre.

Du coup tu as participé à la création de Groovedge ? Quelle relation tu entretiens avec le label aujourd’hui ?

Oui et non ! Si tu veux, Quentin est l’homme derrière Groovedge, moi je fais surtout les flyers pour les teufs et les releases.

J’ai vu que tu avais aujourd’hui ton propre label, Light On Earth. Raconte un peu !

En fait l’idée du label remonte au moment où j’ai rencontré Franck Gérard, il y a maintenant.. 7 ans. On a eu l’occasion de faire pas mal de musique ensemble, et faire les choses par nous-même est restée un peu le moteur du truc. Créer un label pour sortir notre propre musique en faisait partie. J’ai créé Light On Earth en solo, mais à l’image du premier disque, tu ne verras sur ce label que des amis.

Et du coup, le label comprend combien de sorties aujourd’hui ?

Le deuxième, Purple Days est sorti en avril, entre early IDM et Detroit house. Je suis en train de finir le troisième qui devrait arriver je l’espère en octobre. A suivre donc !

Qu’est-ce qui a inspiré ce premier EP ?

Pour être honnête, j’ai beaucoup conduit pour gagner ma vie ces dernières années. Parfois jusqu’à 400km par jour, pendant des semaines entières. Cet EP est vraiment dédié à ce qui défile, ce que tu ne vois qu’une fois et que tu laisses aussitôt derrière toi. Paysages, rencontres, imprévus. Ce genre de choses. A l’image de Drivin’thru qui en est la consécration.

Tu joues au Macki Music Festival à Carrières-Sur-Seine le dernier week-end de Juin, c’est la première fois ?

Oui première fois et j’ai bien hâte. On ne m’a dit que du bien de ce festival, et c’est vrai que les dudes derrière ça sont vraiment cool.

J’ai vu que t’avais joué au Trésor à Berlin. Raconte !

J’ai pu jouer au Globus, le club house du Trésor, à l’étage. Tout l’équipement est simplement dingue là bas, du mixer au sound-system : on peut créer des choses incroyables.Que ce soit pour mixer ou simplement pour danser, c’est top d’aller là bas.

C’est quoi ta meilleure expérience en club (en tant que DJ) ?

Le Razzmatazz à Barcelone était plutôt cool, dans la mesure où je jouais avec Linkwood qui est écossais et qui a une sacrée descente…

C’est quoi le son qui te réveille le matin en ce moment ?

Et le son que tu peux écouter dans n’importe quelle situation ?

Et pour finir, le track qui chauffe la salle à coup sûr ?