Joffspring fait de la musique depuis 5 ans, et il a récemment sorti son premier album, Learning. Entretien avec le jeune producteur, qui nous a également concocté un minimix qui sent bon l’été indien !

Ça s’est bien passée cette sortie d’album ?

Très bien passée ! J’ai eu beaucoup de retours très positifs, c’est très encourageant.

Tu peux nous parler un peu de ton album Learning ? C’était quoi l’idée derrière ? Il y a un fil conducteur ?

Learning, c’est l’accomplissement de cinq années de production. J’ai dû faire un tri dans toutes mes compositions. Je dois en tout en avoir une cinquantaine. Mais la plupart d’entre elles sont encore au stade d’idées, et certaines le resteront !

L’idée est d’essayer de rassembler quelques styles électroniques (deep house, tech house) à ma sauce. Il n’y a pas vraiment de fil conducteur puisqu’il y a cinq ans entre le premier et le dernier titre, ce qui correspond d’ailleurs à mes années d’études.

Comment ça se passe la production/le processus créatif ? Qu’est-ce qui t’inspires ?

J’ai commencé il y a très longtemps sur GarageBand, le logiciel un peu pourri sur Mac, pour m’amuser. Je faisais en même temps un peu de piano et j’ai voulu enregistrer mes idées musicales quelque part. Puis, j’ai commencé à utilisr Logic Pro, dont je me sers encore aujourd’hui. C’est ce que je maitrise le mieux pour le moment. Les autres logiciels me tentent aussi, mais ils correspondront à d’autres projets plus tard.

Le processus créatif vient de tout ce que j’écoute depuis tout petit. Mon père n’écoute pratiquement que du Jazz et je pense que la richesse des harmonies de cette musique m’aide pas mal. Après, il m’arrive aussi de chanter une mélodie que j’ai dans la tête sur mon téléphone pour la retrouver au moment de composer.

Mes inspirations sont quant à elles complètement inégales. Mais je dois dire qu’étant à Rouen pour mes études et habitant à Paris, j’ai fait beaucoup d’aller-retours en train ; c’est un endroit qui maintenant m’inspire beaucoup ! Un jour, je prendrai uniquement le train pour chercher l’inspiration [rires].

Tu composes sur des machines ou uniquement avec du software ?

J’utilise Logic Pro avec un clavier midi et des pads pour les percussions. Pour certains morceaux comme Bubbles ou Pm Am je voulais que les notes soient réalistes, sonnent comme des instruments ; alors que pour If My Little l’instru est complètement électronique.

Je vais apprendre à composer sur d’autres machines car j’aime trop le son que ça procure.

C’est quoi le premier son qui t’a amené à l’électro ?

Le premier son je ne pourrais pas m’en souvenir, mais je peux essayer de retracer mon parcours d’écoute avec quatre sons.

D’abord Honey de Moby, puis Your Woman de White Town, Stop Space Return de Crazy P, et enfin Sie ist Schön de Jonas Mantey. Voilà en gros les paliers qui m’ont conduit à l’électro.

Quelles sont tes plus grosses influences ?

Mes plus grosses influences sont en premier lieu des DJs allemands comme Lexer, Rampue ou Jonas Mantey. Plus récemment, j’écoute de nouveaux styles et d’autres artistes émergent comme étant des références : Crussen, Tensnake ou encore Fhin.

Un live en prévision ?

J’étais tout l’été résident de deux soirées hebdomadaires sur le Concorde Atlantique, une péniche située devant l’Assemblée Nationale à Paris. J’ai eu l’occasion de jouer mon album plusieurs fois. Maintenant je suis en train de voir pour la suite, mais tant que tout ça n’est pas fait je ne préfère pas m’avancer. Vous pouvez me retrouver sur Instagram et Facebook pour savoir quand sera le prochain live [rires].

C’est quoi le futur pour Joffspring ?

Le futur pour Joffspring c’est encore des compositions, avec surement des EPs qui viendront en 2018. En ce qui concerne la scène c’est en cours, ça ne va pas tarder mais je peux pas en dire plus pour le moment. En tout cas, merci pour cette interview, je reviendrai avec plaisir !

Vous pouvez retrouver Joffspring sur FacebookInstagramSoundCloud.