On a posé quelques questions à Charpi : DJ, mais aussi producteur et membre du collectif NVNA, l’étudiant a plusieurs casquettes, et il nous en parle ici. Vous pouvez le retrouver sur sa page Facebook et sur son SoundCloud.

Salut Charpi ! On fait les présentations ?

Salut ! Alors je m’appelle Alexandre et j’ai 23 ans. J’étudie à Lille depuis maintenant plus d’un an. À la base je viens de Rennes et c’est là que se trouve une grande majorité du crew dont je fais partie : NVNA [voir notre interview du collectif par ici]. Je me suis greffé au projet peu de temps après ses débuts ; Vincent, président et fondateur, est un ami à moi. Dès les premiers événements je lui ai dis que je voulais faire partie du projet, ça fait maintenant presque 3 ans. J’ai donc commencé à mixer et à produire à peu près à cette période, ce qui m’a permis de jouer dans les bars et à l’Ubu (salle de concert rennaise).

Quelles sont tes influences musicales ou ton inspiration au quotidien?

Mon inspiration me vient d’un peu partout, j’écoute pas mal de choses différentes, ça va de la house à la techno industrielle en passant par des trucs moins dansant comme l’expérimental ou d’autres styles qui n’ont rien à voir avec la musique électronique. En revanche en ce moment j’écoute beaucoup d’ambient et ce qu’on peut appeler de la « deep techno », avec des labels comme Northern Electronics, Outis ou encore Hypnus.

Revenons à ton travail de producteur. Comment tu t’organises ?

Je me considère pas comme un producteur, j’ai sorti seulement un morceau sur la première compilation NVNA, qui en l’occurence fêtait le lancement du label. Pour produire, j’utilise un peu de tout : Ableton, mes machines (Vermona, Erebus, pédale d’effet), des VST, des samples. Et je viens d’acquérir un enregistreur portable, un ami (coucou Basaltor) m’a donné envie de me mettre au field recording. C’est une pratique que je trouve intéressante : on enregistre des bruits de la nature, d’objets, n’importe quoi et on les bidouille pour en faire des sons intéressants. Mais à vrai dire je n’ai pas énormément le temps de faire de la musique, à cause des cours notamment qui prennent une place importante dans mon emploi du temps.

Une rencontre qui t’as marqué ?

Vincent aka Opasse qui m’a permis de participer à ce beau projet qu’est NVNA et de faire mes premières dates dans les bars.

Si tu devais mixer en duo tu choisirais quel artiste ?

En premier lieu, mon frère. Mais si je dois choisir un artiste connu : Claudio PRC, je l’avais vu en Belgique c’était génial et je suis un grand fan de son travail.

Je suppose que tu as des projets en cours ou à venir ?

En effet ! Je viens de sortir un morceau (lien juste en dessous) ; sinon j’ai un morceau et un EP qui sortiront un peu plus tard sur NVNA. De plus, un projet en duo avec un ami nommé Hugo est en train de se monter.

On a aussi des trucs plutôt sympas qui arrivent avec NVNA mais je n’en dirai pas plus.

Un petit son avant de partir ? Ton titre phare pour relancer un dancefloor en perdition ?

Transducer de Plaster, sortie sur le label Eklero :