Idem Nevi, producteur toulousain, a sorti son premier EP il y a maintenant quelques mois sur le label Chill Masters, et jouera avec Worakls ou encore Popof a l’hibernation festival au mois de mars 2017 ! On sent le potentiel de loin, et on lui a posé quelques questions pour en savoir un peu plus sur lui… Vous pouvez le retrouver sur sa page Facebook pour tout suivre de son avancée !

Salut Idem Nevi ! Dis nous un peu qui tu es ?

Salut Sakatrak ! Ca marche, on fait les présentations ! Du coup moi c’est Idem Nevi, j’habite à Toulouse depuis environ 5 ans et disons que ça fait environ 2 ans que je fais de la musique. A la base je suis un grand fan de rock (The Who, Led Zeppelin, Deep Purple, etc.) et de hip hop, et j’en écoute encore tous les jours.

C’est vrai qu’il y a quelque chose qui m’attire en plus dans la techno que je ne saurais pas expliquer. Je pense que mes premiers contacts avec la musique électronique devaient être dans la période électro trash (genre Bloody Beetroots), lors de mes premières sorties en clubs. Sinon à côté de ça je n’ai strictement aucune connaissance musicale, si ce n’est une formation de technicien studio que j’ai effectué cette année pendant une bonne grosse période de chômage.

Concrètement, je suis tombé amoureux de la techno en arrivant sur Toulouse grâce aux soirées que j’ai pu faire au Bikini notamment. Je sentais que je pourrais m’éclater à exprimer mon ressenti et mes sentiments au travers de cette musique. Quand j’étais en concert je me disais toujours que j’aurais bien changé tel ou tel élément pour coller encore plus avec mes envies.

idem-neviChill Masters & Lucas Rachou

Un jour, un ami qui bidouillait sur Ableton est passé chez moi m’installer le logiciel et m’a montré rapidement comment ça fonctionnait. Ensuite, j’ai quasiment tout appris seul dans mon coin à l’aide de tutos et de beaucoup de temps passé sur le logiciel ! Par contre, je n’ai jamais réellement été attiré par le fait de mixer, dès le départ mon envie était de créer ma propre musique et de la jouer Live, ce que je fais aujourd’hui.

Quels sont les artistes qui t’influencent au quotidien ?

Je ne dirais pas que je suis influencé par quelque chose de particulier quotidiennement, même si j’écoute beaucoup de musique. En revanche j’ai beaucoup été influencé par les anciennes tracks de Paul Kalkbrenner, tout ce qu’il a fait jusqu’à Berlin Calling.

Je dirais que mes autres influences principales sont Recondite, Extrawelt, Minilogue ou encore Stephan Bodzin. Avec des mentions spéciales aux vieilles tracks comme « Serenity » de Popof ou « The Sky Was Pink » de Nathan Fake.

Revenons à ton travail de producteur. Comment tu t’organises ?

Très bonne question. En réalité je ne m’organise pas vraiment, je fais vraiment toute l’étape de composition au feeling.

Je n’ai pas d’heure particulière pour composer, je le fais quand j’en ressens l’envie et le besoin. Je sais que pour trouver des idées, je suis en général plus productif le matin au réveil, mais cela peut venir à n’importe quel autre moment ! Parfois, j’ai 30 min de libre, je me dis que je vais juste bidouiller des synthés ou des drums pour m’amuser, et une idée naît très vite, alors que d’autres fois j’ai toute une journée devant moi, et rien ne sors à la fin. Ça peut être vraiment frustrant, mais c’est le jeu et c’est aussi ce qui en fait le charme  Etant donné que je suis très difficile, je suis rarement content du résultat.

Ensuite, quand il faut passer à l’étape du mixage (que j’essaie de préparer un maximum au fur et à mesure de la compo), je suis un peu plus structuré. Je fais des sessions d’1h maximum, avec de bonnes pauses entre les sessions pour reposer les oreilles pour éviter trop de faire trop de conneries.

Parlons de ton EP, Emerald, sorti en novembre dernier. Comment est né ce projet ?

Pour faire le lien avec la question précédente, je ne pense pas que ce projet soit forcément né de quelque chose en particulier. Je pense plutôt que c’est le résultat du travail que j’ai effectué pendant une période, et qui correspond à des états d’esprit, des émotions, des envies et des ressentis pendant cette période-là. Du coup je dirais plutôt que cet EP reflète une partie de mes émotions et de mes envies à un moment donné, exprimées au travers de la techno.

Quant au label Chill Masters [sur lequel il est sorti, ndlr], ils m’ont booké pour jouer à une de leurs soirées : on s’est super bien entendu, ils kiffaient ma musique, on s’est aperçu qu’on avait les mêmes attentes, je leur ai fait écouter des sons, et on a décidé de partir sur la release de cet EP ! C’est pas plus compliqué que ça !

Une rencontre qui t’as marqué dans ta vie d’artiste ?

Oui, ma copine, autant dans ma vie d’artiste que dans ma vie personnelle ! Mais concernant la musique on va dire que c’est elle qui m’a vraiment fait découvrir la techno. Si nos chemins ne s’étaient pas croisés, je ne suis pas certain que je serais tombé amoureux de cette culture et que je me serais lancé dans la production !

Je suppose que tu as des projets en cours ou à venir ?

Alors oui, je viens de finir la compo d’un album de 10 tracks qui va aussi sortir sur Chill Masters Records courant 2017 ! On vient tout juste de recevoir les masters et je suis carrément content du résultat ! J’ai hâte de voir ce que les gens vont en penser !

Je viens aussi de finir un remix pour Brûlée, un artiste du sud de la France avec qui je suis en contact depuis un moment via Internet et qui fait vraiment du très bon son ! Ensuite, je devrais faire un remix pour le label Oleeva Records, qui est le label sur lequel j’ai sorti ma première track l’an dernier !

Et enfin j’espère avancer sur de nouvelles tracks de mon côté pour pouvoir prévoir d’autres EP ou un futur deuxième album !

Une future date à ne pas manquer ?

L’Hibernation Festival du 23 au 25 Mars en Andorre aux côtés de toute l’équipe de Hungry Music, de Popof, de Claptone et d’une grosse liste de très bons artistes !

Un petit son avant de partir : ta bombe du moment ?

Je qualifierai pas ça comme ma bombe du moment, mais on va dire mon dernier gros coup de cœur qui est la track « Radiance » de Cryptik !