Les organisateurs de la DRØM reviennent sur le devant de la scène parisienne le 27 août en banlieue parisienne pour 18h de son, avec un line-up plus qu’alléchant. Sont aussi invités les collectifs Blocaus, Sweet Melodic et La Chinerie… On vous laisse découvrir le collectif et en savoir plus sur l’évènement qui vous attend. On vous offre d’ailleurs quelques places ici… 

Hello ! Vous pouvez vous présenter ?

Notre collectif est né en 2011, avec comme souvent une succession de très bonnes rencontres ! Nous sommes majoritairement des DJs et producteurs, mais aussi des photographes, des peintres, des graphistes et des mélomanes. Les goûts initiaux de chacun sont différents, les origines également, mais c’est ce qui fait notre richesse : chacun peut développer ses projets et compter sur le soutien du collectif.

Le plus important pour nous, c’est d’apporter de la qualité musicale et du lien social ; on aime communiquer, on cherche à transmettre de la bienveillance et de l’empathie.

Le 27 août, vous organisez une belle teuf de 18h, avec 3 scènes, et une programmation de haut niveau (on pense particulièrement à Heiko Laux, Cleric, SHDW & Obscure Shape…). Comment vous avez choisi les artistes ?

Le but était d’abord de se faire plaisir. On n’arrive à rien sans ça. Ensuite, il a fallu trouver le point d’équilibre pour proposer un événement différent mais cohérent. Le mélange des genres est subtil mais bien présent. On a fait aucune concession à l’audimat, la prog est pointue sans être bêtement intello. Il va y avoir une offre très large et surtout jamais vue en festival. Une grosse surprise va être annoncée le 11 ou 12 août !

On sait qu’il y a eu quelques galères l’année dernière avec Drom, la page fan Facebook avait été supprimée et ça avait inquiété pas mal de gens. Vous en retirez quoi de cette histoire ?

Toujours se battre contre l’injustice. Rêver est une nécessité et se donner les moyens d’y arriver est indispensable. En regardant l’année écoulée et le point où nous en sommes aujourd’hui, nous sommes très heureux de ne pas avoir baissé la garde, même si parfois cela a été très dur.

C’est quoi les projets futurs du collectif ?

Pérenniser la Drøm sur 2 formats, 1 event majeur chaque trimestre et 1 plus intimiste chaque mois, sans event public… Les plus motivés devront trouver l’info, comme on pouvait le faire il y a une quinzaine d’années ! Et puis on a envie de collaborations aussi, le partage est l’avenir de la scène française.

Pour finir, une petite playlist qui reflète bien l’esprit Drom ?

Tracklist :

Johannes heil – Die Offenbarung
Dr DRE – Rat Tat Tat Tat
Octodred – Jungle Hooliganism
Laurent Garnier – Dangerous Drive
Clouds – Those Cracks in Your Face, Do They Hurt ?
NTM – Paris Sous les Bombes (Live au Zénith 98)