AMAAR, LA TECHNO AQUATIQUE

Dans le cadre de notre partenariat avec Bedroom Producer, on vous présente aujourd’hui Amaar et sa techno aquatique. Il nous a notamment parlé de ses influences et de ses envies. On vous laisse écouter ses productions sombres, efficaces et chaleureuses à la fois, et on vous invite à suivre ce producteur plein de talent.

J’ai 24 ans, je viens de Paris et j’écoute de la musique électronique depuis plusieurs années, je ne saurais pas vous dire combien exactement… J’ai commencé par écouter de la house, la techno n’est venue qu’après : j’ai toujours préféré les sons avec une ambiance sombre, donc ça a vraiment été une « révélation » pour moi. Je me suis alors mis a la production et au mix : depuis, j’ai du faire une vingtaine de prods dont 2 EPs. Ils ne sont pas signés, mais ce n’est pas la motivation principale de mon travail : je le fais par passion, et je préfère le temps laisser faire les choses.

La grosse claque qui m’a donné envie de produire de la techno c’est la découverte de Polar Inertia : Major Axis reste l’un de mes morceaux préférés. J’ai énormément de respect pour leur musique, c’est un univers qui me parle vraiment. Je me suis inspiré de cet univers pour quelques tracks, même si j’essaie de créer une atmosphère un peu plus personnelle. Je reste sur une ambiance marine, qui selon moi fait bon ménage avec la techno (notamment sur l’aspect « profond »). C’est un univers qui me fascine et que j’aime retranscrire dans ma musique.

shot_1460052822529

Pour composer, je pars souvent d’une idée ou d’un son en rapport avec cette ambiance : je ne dispose pas d’un config de ouf mais je l’agrandi au fur et à mesure. J’enregistre en live sur FL Studio car je ressens plus de plaisir à produire en live qu’à monter mes morceaux pas à pas : ça s’explique sûrement par le fait que j’ai joué dans pas mal de groupes avant de me lancer dans la techno et que j’ai toujours voulu garder cette sensation de production instantanée. Je pense me mettre a l’analogique dès que possible.

Je suis en train de monter un collectif avec des amis qui sont aussi djs et quasiment tous signés dans des labels. Notre but est de donner une expérience plus axée sur l’audiovisuel qu’uniquement sur la musique, puis pourquoi pas d’exporter un peu plus la musique techno et expérimentale sur les provinces ; même si ça bouge de plus en plus, je crois qu’il y a encore pas mal d’endroits dépourvus du genre.