On a posé quelques questions au duo Moeris (formé par Louis et Léo). Les 2 parisiens nous racontent la création de ce projet, nous montrent leur matos pour produire et nous expliquent comment les choses ont évolué depuis leur première production, Nu Men.

Salut les gars ! Quand et comment est né le projet Moeris ? D’où vient le nom ?

On a créé Moeris il y a environ un an. Avant ça, on avait monté un petit projet «chill house» mais ça nous avait vite soulé ; on a découvert plein de choses que ce soit en terme de prod ou de mix mais on voulait aller chercher plus loin… En tournant cette page et en changeant d’orientation musicale, on a voulu fabriquer un personnage fictif qui représentait notre univers, issu de nos personnalités respectives et par conséquent, de nos différentes perceptions des choses et de nos deux approches de la musique. En bref, Moeris c’est un seul mec qui représente Louis et Léo en même temps.

On a pas mal hésité entre plusieurs noms : on voulait quelque chose qui colle au personnage. On a donc pensé a un prénom français (car oui ça se prononce « Maurice ») mais écrit d’une manière plus contemporaine, en raccord avec la musique qu’on voulait produire.

Chaque production a une mélodie à part. Comment vous pourriez qualifier votre musique ? Qu’est-ce que vous cherchez à transmettre à ceux qui vous écoutent ?

C’est exactement le genre de questions à laquelle on ne sait pas répondre… Avec Moeris on adore innover, essayer de nouvelles choses, on garde jamais un preset ou un instrument d’un son à l’autre. On préfère exploiter tout ce qu’il est possible de faire avec ce qu’on a sous la main, avec les connaissances qu’on a en musique et avec toutes les possibilités qu’offre la musique électronique aujourd’hui. On aime les mélodies, c’est vraiment quelque chose qui est toujours très présent dans nos productions. On ne veut surtout pas tomber dans une routine à ce niveau là, c’est pour ça qu’on cherche toujours de nouvelles idées.

On voit vraiment notre son comme de la musique électronique et rien de plus, ni house, ni techno. On ne prétend pas appartenir à tel ou tel mouvement, c’est plus marrant de se créer son propre univers… Même si bien évidemment on est inspiré par plein d’autres artistes (issus de la scène électronique ou non).

Chaque son cherche à transmettre quelque chose de différent en fonction des circonstances dans lesquelles on produit. Il y en a de très agressifs et d’autres beaucoup plus « smooth », tout simplement parce qu’on est toujours dans un mood différent, à la recherche de nouvelles choses. C’est ce qui façonne nos tracks : des intentions, des concepts, des émotions issues de notre quotidien qu’on cherche à retranscrire en musique. On espère que les gens le ressentent !

Si on prend votre dernière track Clairière, et la première que vous avez produite (Nu Men), qu’est ce qui a changé en terme de méthode de production ?

À peu près tout ! On est passé de Logic à Ableton, on s’est offert quelques joujoux analogiques… Léo est rentré en école de son donc il a aussi appris plein de choses sur le mix et le mastering qui nous servent aujourd’hui. La direction qu’on a prise avec Clairière ne ressemble donc en rien à celle de Nu Men.

On avait pour habitude de produire sur la fenêtre de montage de Live, aujourd’hui on est maintenant beaucoup plus spontané dans la création des sons puisqu’on fait presque tout en live recording.

C’est quoi votre matos pour produire ?

On a deux spots pour produire : un chez chacun de nous.

13672515_10210144155419769_1578462720_n

 

Chez Louis

Ableton Live
Interface audio Focusrite 6i6
Roland Aira Tr-8
Arturia Minibrute
Ableton Push
Korg nanokontrol
monitos Yamaha HS7



13839734_10209172249759664_979483689_o

Chez Leo

Ableton live
Interface audio Native Instrument audio 6
Clavier maitre Komplete Control S49
Moog Sub37
Monitos Yamaha HS8

Au niveau des inspirations, que ce soit pour le mix ou la production, vous citeriez qui ?

On a tous les deux des sources d’inspiration différentes, que ce soit, ou pas, dans la musique électronique, mais en ce qui concerne le mix et la production on apprécie beaucoup ce que font certains labels comme Einmusika, JEUDI, Systematic, Diynamic, Exploited, Click, Parquet, Steyoyoke, Suara…

Pour citer quelques artistes : Solomun, Bodzin, Adana Twins, Sébastien Léger, Kollektiv Turmstrasse, Rafael Cerato, Maceo Plex,… la liste est vraiment longue ! Sans compter le fait qu’on soit passés par une période G-House qui nous a beaucoup influencé au début de Moeris !

Des projets futurs ?

Oui! (haha)