Minimum Syndicat, c’est à la fois un label et un duo créé en 2008. D’où vient ce projet ? Quels sont les éléments majeurs du son MS ?

C’est né d’une amitié d’abord, et d’une frustration face à ce qu’on nous vendait comme « techno » à l’époque dont tu parles. Donc on avait le choix entre râler dans notre coin en écoutant des vieux mixes ou tenter de faire vivre ce qu’on aime à notre niveau en attendant des jours meilleurs. On a choisi la deuxième option et les « jours meilleurs » ont fini par revenir. Les éléments majeurs du son MS sont la sincérité, pas mal d’acid et beaucoup de reverb.

On associe souvent Minimum Syndicat à une techno acid proche de l’atmosphère des raves : quelles sont vos influences lorsque vous produisez ?

Justement, c’est l’atmosphère des raves notre influence. Ou plutôt la perception subjective qu’on en a gardé. Le truc à la fois psyché (mais pas au sens hippie-kitsch), utopique d’un coté et dystopique de l’autre, un peu « alien », bourré d’énergie… Quand on bosse sur un morceau on essaye de visualiser une silhouette de danseur noyée dans la fumée avec un gros strobe. Si ça colle avec qu’on entend, c’est qu’on a capturé la bonne vibe.

En terme d’évolution de la techno ces derniers temps, vous pensez quoi de ce nouvel intérêt porté à la techno brute, typique de celle de MS ?

Je pense que plus le spectre est large mieux c’est pour tout le monde. Rien de plus chiant que quand tout le monde se met à faire et programmer le même son, surtout quand c’est par opportunisme. La dance music électronique est aussi vaste que le rock, c’est important de préserver cette richesse. Et surtout faire et mixer ce que tu aimes vraiment, pas ce qui est à la mode (qui de toute façon change sans arrêt).

Ceci étant posé, on est content que le coté un peu plus dur et ravey ait de nouveau droit de cité. D’autant que « dur » n’a jamais voulu dire bourrin dans notre esprit, pas mal des morceaux techno les plus avancés sont toujours venus du coté un peu « hardcore » du truc. Il y aussi un facteur contextuel, je pense. L’époque est tendue et incertaine, la technologie va de plus en plus vite pour le meilleur et pour le pire. On sent bien que pas mal de choses n’attendent que la bonne occasion pour nous péter à la figure. Ainsi, cette techno est une bande-son assez pertinente pour l’époque… C’est à la fois un miroir et un moyen de lâcher la pression.

Des projets futurs en tête ?

Refaire plus de studio et si possible un peu moins de scène.
On a enchainé les lives ces derniers temps, ce qui est génial parce qu’on se perfectionne, on s’éclate et on voit du pays, mais c’est un gros travail en amont qui cannibalise un peu le reste. Il est temps de ressortir des disques et développer notre son.

Pour finir, vous pouvez nous détailler un peu les sons de la playlist que vous avez faite ?

Voici quelques tracks, pas forcément un best of, plutôt l’humeur du jour.

DAVID

Andreas Gehm – Panic
Un hommage à un super producteur qui nous a quitté récemment. De l’acid authentique et sans chichi, comme l’était le bonhomme.

Ministry – Hizbollah
Du vrai EBM d’époque, le Ministry d’avant les guitares metal.

Umwelt – Guts Of The City
Le compère Umwelt de notre petite secte Rave Or Die. Quand on parlait d’atmosphère « rave », ce morceau vaut tous les discours.

Perc & Truss – Leather & Lace
Un de mes tracks récents préférés. Je l’ai découvert juste avant sa sortie dans une fête où on jouait à Amsterdam. Je suis re-rentré dans le hangar au moment où le thème de synthé décolle. Tous les lasers se sont allumés en mode « guerre des étoiles » et la salle a explosé. Ça me rappelle Kevin Saunderson grande époque, ou Laurent Garnier quand il jouait ce genre de choses épiques et généreuses au lever du soleil. Les petits moments chair de poule…

Distortion Bastardz – Bullet Proofed EP
Un peu de hardcore préhistorique pour finir. Bien sourd, bien sale. Quand on me parle de techno industrielle, perso, je pense d’abord à ça.

JMI

Vessel – Not For Design
Cul et druggy. Ne jamais snober les tempos lents, c’est tellement bien.

Echo 106 – Frontal DN-2
Super sortie à venir en juillet chez les activistes madrilènes d’Analogical Force.
La boucle acide mélancolique, le reese, les drums… Ce track avait déjà coché toutes les cases en ce qui me concerne. Et comme si ça ne suffisait pas, il arrive à basculer vers des territoires post punks à mi-chemin. Une bonne partie de mes influences musicales résumées en 5 mins. Classe.

Sleeparchive – Evicted
Minimalisme maitrisé. La techno réduite à ses fondamentaux. Son live est parfait.

Further Individual Control ‎- Momentz (Re-Organized By Choose)
Acid psychiatrique, génial et terminal.

Brainwave – How Do You Feel
Track irrésistible, de la nostalgie rave à l’état pur.


Minimum Syndicat is at the same time a duet and a label created in 2008. What initiated this project? What are the main elements of the music made by MS?

It first started off with a friendship, and a frustration related to the music which was – falsely as we see it – labelled as “techno” at that time. Two different possibilities were offered to us: whinge about it while listening to older mixes, or try to create what we love while waiting for better times. We took the second one, and the “better days” finally came. The major elements of MS’s music are sincerity, acid house and much reverb.

We often associate Minimum Syndicat with an acid techno close to the atmosphere of raves: what influences you while you produce?

That’s exactly it: the atmosphere of raves. Or more the subjective perception we kept of it. The thing at the same time psyche (but not in the hippie-kitsch way), utopian on one hand and dystopic on the other one, a bit “alien”, full of energy… When we work on a track we try to visualise a shape of a dancer fading into smoke with a huge strobe. If it fits the description we could give to the track, it means we’ve done it right.

In terms of evolution of techno lately, how do you feel about this new interest people have in raw techno, typical of MS’s one?

I think that it’s for the best if people’s musical taste remains diverse. There is nothing more boring than everyone making the same kind of music and producing the same tracks, even more if it is by opportunism. The electronic dance music is as vast as rock, it’s really important to preserve this. And especially do and mix what you really enjoy, not what is trendy and hype (which anyway changes over time).

With this in mind, we’re thrilled that the harder and rave side of music has been given a chance lately. As far as we are concerned, “hard” never meant hectic, a lot of the most achieved techno tracks always came from the “hardcore” side. I think there is also a contextual factor. We are living in an uncertain and tense era, technology expands and develops at a breakneck speed for the best and the worse. We feel that many things just wait for the perfect occasion to blow up to our face. Therefore this techno is the perfect soundtrack of our century… It’s at the same time a mirror and a mean let loose.

Some upcoming projects in mind?

Make more studio tracks and preferably less live performances. We had an intensive tour programme, it’s great because we improve ourselves, we have a great time and we get to see some new places, but it’s a lot of work to prepare for it, it tends to cannibalise the rest. It’s time to release some discs and develop our style.

Last question, can you detail a bit the tracks of the playlist you made us?

Those tracks aren’t a “best of”, it’s more a playlist of our mood for the day.

DAVID

Andreas Gehm – Panic
A tribute to a great producer that left us recently. Authentic acid and without a lot of fuss, like the man.

Ministry – Hizbollah
Some real EBM, the Ministry before the metal guitars.

Umwelt – Guts of the City
Our buddy Umwelt from our little sect Rave Or Die. When we talked about “rave” atmosphere, this one is a perfect representation of it.

Perc & Truss – Leather & Lace
One of my favourite tracks. I discovered it just before its release in a party where we performed, in Amsterdam. I went back to the hangar at the moment when the synth took off. All the lasers lighted on “star wars” style and the room exploded. It reminds me Kevin Saunderson or Laurent Garnier when he performed this kind of generous and epic tracks at sunrise. The goose bump moments…

Distortion Bastardz – Bullet Proofed EP
A bit of prehistorical hardcore for the end. Nasty stuff. When someone talks about industrial techno, I think straightaway about this.

JMI

Vessel – Not For Design
Never underestimate slow beats.

Echo 106 – Frontal DN-2
Great release from Analogical Force, out in July. The melancholic acid loop, the reese and the drums… This track is perfect for me. Bonus point, the song swings to post punk by the end. A big part of my musical influences summed up in 5 minutes.

Sleeparchive – Evicted
Controlled minimalism. Techno shrinked to its fundamentals. Perfect live.

Further Individual Control ‎- Momentz (Re-Organized By Choose)
Psychiatric, awesome acid.

Brainwave – How Do You Feel
An irresistible track, rave nostalgia in its purest form.