Le Kolorz Festival est de retour à Carpentras les 1er et 2 juillet 2016 pour sa sixième édition d’été, après l’édition d’hiver de février (avec Marcel Dettman, Âme, Paul Ritch…). Alors qu’à l’été 2015 on avait pu y entendre Laurent Garnier, Jeff Mills ou Manu le Malin, cette édition 2016 nous propose les têtes d’affiche Nina Kraviz , Len Faki ou Dave Clarke , ainsi qu’un scène TRAX 100% française, et des talents locaux. Pour l’occasion on a interviewé Pascal, l’un des boss du festival. Pour plus d’infos sur le festival, on vous invite à jeter un œil à leur site web ainsi qu’à leur event Facebook.

Salut Pascal ! Est-ce que tu peux nous présenter rapidement le festival ?

Le Kolorz Festival est né il y a 6 ans à Carpentras. L’idée était avant tout de faire bouger la ville, et de faire évoluer un peu son image ronronnante. J’ai déjà une expérience en terme de création d’évènements (je travaille plusieurs autres festivals de musique électronique) et je vis à Carpentras, donc je me suis dit qu’il fallait faire profiter la ville de cette expérience. Du coup avec des copains on a monté ce Kolorz Festival. Au départ c’était quasiment un projet associatif, puis au fur et à mesure ça s’est structuré ; aujourd’hui on est une société.

 

Comment vous avez décidé de la programmation ?

Ici on n’est pas dans une région pour ainsi dire peuplée, du coup on frappe assez fort en terme de programmation, avec des gros noms comme Nina Kraviz ou Len Faki. En même temps, on avait envie de programmer plus d’artistes français qu’on aime bien comme Flabaire ou Adventice (DJ Deep & Roman Poncet) ainsi que des artistes de la scène locale et régionale : on en a 5 ou 6 qui viennent de Marseille ou d’Avignon et qu’on avait envie de mettre en avant (comme Chicks Luv Us ou Luca Ruiz). C’est une sélection d’artistes qui travaillent dur et qui se professionnalisent, donc c’était important pour nous de porter ces artistes là et d’essayer de les programmer un maximum.

Comment s’est fait l’association avec Trax ? C’est vous qui avez eu l’idée d’une scène française ?

On travaille depuis longtemps avec eux et on se connait bien, donc on s’est dit qu’il y avait vraiment quelque chose à faire avec cette scène française ; on a tout de suite pensé à Trax. Du coup on a créé avec eux une deuxième scène « club » (600-700 personnes) plus petite que la grosse scène techno, une ambiance plus conviviale et une programmation plus house.

Pourquoi est-ce que vous avez choisi Carpentras ? Qu’est-ce que cette ville a de particulier ?

C’est presque un acte politique. On a envie de changer l’image de notre ville : on parle souvent de nous pour de mauvaises raisons et on s’est dit qu’il fallait montrer qu’on avait aussi envie de faire des choses. C’est pour ça qu’on a choisi de faire ce festival dans notre ville. La municipalité nous soutient depuis le début : comme on a un parcours de professionnels (je fais par exemple Tohu Bohu ou Lives au Pont) ils étaient rassurés et ils se sont dit que ça tenait la route. Depuis ils ne le regrettent pas, puisqu’on participe à la redynamisation de la ville.

On vous fait gagner 2 pass 2J pour le festival ; pour tenter ta chance, c’est par ici !