En prévision de leur évènement M&K invite Polegroup, MORD, BLOCAUS, ORDER le 2 juillet au Glazart, on a posé quelques questions au duo aux multi-facettes Meki&Kolen : à la fois artistes et organisateurs d’évents à Paris et Lille via leur collectif Osmoz, ils nous racontent leurs aventures. Le duo nous a aussi livré 50 belles minutes de techno pour vous donner un avant-goût de ce qui vous attend…

Salut les gars ! Pour commencer, vous pourriez vous présenter ?

MEKI
Salut ! Alors écoute on vient tous les deux de Lille, on se connaît depuis le lycee (ça fait 8 ans…). A l’époque on était plus occupés à faire des conneries qu’à faire de la musique je t’avouerais !
C’est seulement après nos voyages Erasmus qu’on a commencé à se forger une identité musicale. On a decidé de se mettre en duo pour produire des sons sans grande ambition. C’est grâce à une de nos track de l’époque – Metropolis, que nous sommes rentrés dans un label lillois (Enlace records).

KOLEN
On a fini par fonder notre collectif Osmoz avec nos potes Rodolphe (Horïzon), Thomas (CNCTD) et Kévin (Øslø) afin d’organiser nos propres soirées dans un contexte où les Lillois s’intéressaient de plus en plus à la techno. On sentait qu’il y avait une demande sur ce type d’évènements qui n’était pas vraiment comblée. Les dates ont commencé à tomber et à prendre de l’ampleur plutôt naturellement.

article-meki-kolen-620x200

Quelles sont vos influences majeures ?

KOLEN
A la base on est vraiment ouverts sur la musique en général, nous sommes tous les deux musiciens ce qui nous a permis d écouter des choses variées. Mais c’est la house qui nous a fait tomber dedans. On écoutait pas mal de gars de la vieille école à la Blake Baxter, Underground resistance, des sons assez bruts et répétitifs.

MEKI
Au fur et à mesure on a dérivé vers la techno, de plus en plus rapide et sombre. Aujourd’hui on est très attirés pas la nouvelle scène techno européenne, quelle soit mélancolique à la Tensal, ou plutôt brutale à la Regis. Il y a une effervescence artistique folle en ce moment en Europe sur la techno !

On a vu que vous aimiez investir des lieux atypiques avec les soirées Osmoz, comme La Teinturerie ou la Maison de la Photographie. Quel serait le lieu parfait pour une soirée Osmoz ?

MEKI
Je pense qu’il n’y a pas vraiment de lieu parfait. Ce qui compte vraiment c’est l’ambiance du lieu, et le système son. On peut passer d’excellentes soirées dans de petits lieux « trash » comme on peut passer une soirée médiocre dans un lieu qui parait pourtant fou…
Ceci dit, on aimerait trouver un truc gigantesque et un peu insolite pour la prochaine à Lille.

À côté de ça, vous faites aussi des soirées « Meki & Kolen invite » ; quels artistes aimeriez-vous inviter pour les prochaines ?

KOLEN
C’est un secret…
Non mais plus sérieusement, comme on le disait plus haut nous sommes ouverts à tous les styles de musique, ce qui fait que la liste des gens qu’on aimerait ramener est très très longue. En fait on pense commencer à ouvrir nos line-ups à des choses plus House, ainsi qu’à des sets ou des lives plus expérimentaux.

Quels sont vos projets à venir avec Osmoz ?

MEKI
Ecoute pour l’instant on est très focus sur notre projet M&K invite, qui fait partie d’Osmoz. Comme nous sommes séparés des autres en étant à Paris ça complique un peu la donne, on se voit moins qu’avant et on a plus de mal à travailler à distance. Néanmoins, nous sommes toujours en train de chercher un lieu type hangar ou entrepôt avec une grande capacité sur Lille. A côté de ça on continue tous à avoir nos dates et à faire tourner le nom du collectif.
Ce dont on a très envie avec les potes d »Osmoz en ce moment, c’est une date ou on est tous ensemble dessus, tous les 5 dans un gros B2B géant, à l’ancienne !

Et vos prochains projets tout court ?

KOLEN
On va continuer à produire des tracks et préparer un live, on espère qu’il sera prêt au plus vite ! Continuer à organiser nos soirées, en essayant de s’exporter dans d’autres villes. Après on a aussi nos projets plus perso à reussir, finir mes études dans le web par exemple…

La question qui tue : vous préférez Lille ou Paris ?

MEKI
Je préfère 15 fois la qualité de vie de Lille, et tous mes proches y sont. On y est bien plus tranquille et relax qu’à Paris, par contre il y a beaucoup plus d’opportunités et d’activité culturelle à Paris…

KOLEN
Etant un campagnard pure souche (et oui je viens de Morbecque), j’ai toujours été attiré par les grandes villes. J’ai mis du temps à m’y faire mais aujourd’hui j’aime bien ma vie parisienne. A côté de ça, Lille reste quand même ma ville de coeur..

Pour finir, quel est votre son du moment ?

KOLEN
RV800 – Subsync !