Aujourd’hui, nous vous présentons Iannis, un jeune producteur parisien très prometteur. En plus, nous vous proposons avec ça deux previews qu’il nous a envoyées en exclusivité ! Nous vous laissons écouter son SoundCloud, et en apprendre un peu plus sur lui grâce à notre interview.  Bonne écoute et bonne lecture !

Salut jeune producteur ! Tu peux te présenter ?

Alors je m’appelle Iannis Rezgui, j’ai 19 ans et j’habite Paris. Je produis et mixe essentiellement de la techno. J’ai toujours écouté de la musique électronique (pas toujours de la techno, j’ai aussi écouté pas mal de daube étant enfant [rires]). Durant le début de mon adolescence, j’ai beaucoup baigné dans la french touch et la musique électro française en général. Mais c’est vers mes 14 ans que j’ai vraiment trébuché sur la techno, et depuis je ne m’en suis pas relevé…

C’était quoi le premier morceau qui t’ait fait tilté ?

A l’époque c’était « Three O three » de Public Energy qui m’avait frappé: le coté « rave » et la puissance du son m’avaient interpelé, et c’est là que j’ai vraiment trouvé la musique qui me correspondait. Néanmoins je conserve des souvenirs plus récents, notamment quand je suis rentré à l’Awakenings de juin, c’était vraiment énorme… Ou alors la première fois que j’ai entendu un live de Karenn (j’en ai toujours la chair de poule).

Et maintenant, quelles sont tes inspirations majeures ?

Je suis très influencé par la scène techno actuelle, mes artistes préférés étant Blawan, Arnaud le Texier, Jonas Kopp, Adriana Lopez, François X, Developer, mais j’apprécie d’autant plus le travail de certains producteurs souvent moins connus comme Inter Gritty, Nihad Tule, Isaac, Polar Inertia… Niveau production, j’essaye de regrouper toutes ces influences et de les intégrer a ma vision de la techno, allier la puissance avec des mélodies aérées et spatiales qui font fermer les yeux et perdent le public.

Avec quoi tu produis ?

Habituellement je n’utilise que mon ordinateur et un clavier, j’improvise jusqu’à trouver un motif et à composer autour de ça, en modulant les sonorités et en ajoutant des drums afin de parvenir a l’atmosphère que je souhaite créer. Jusqu’ici j’ai sorti une dizaine de tracks, et deux EP, sortis sur Expansion Records, un label avec lequel je suis étroitement lié puisque je connaissais le créateur avant même la création du label. J’ai également créé un collectif avec mes potes, Material, pour que l’on puisse regrouper nos travaux sur une même entité et pour défendre notre vision de la culture électronique. C’est ce qui m’a permis de mixer au Batofar et à la Folie Paris notamment..

Quels sont tes projets futurs ?

Avec Material, on a pas mal de projets, de soirées et d’expos qui vont bientôt arriver, mais je m’occupe aussi de mes projets persos, notamment ma collaboration avec Expansion. Je continue donc a produire de mon côté et je conserve mes tracks jusqu’à ce je juge qu’elles soient assez abouties, je vous en ai d’ailleurs envoyé un petit aperçu !


Today we are introducing you to Iannis, a highly promising young Parisian producer. He was kind enough to sent us two exclusive previews we are now thrilled to present you! As always, here is his SoundCloud, and his interview is right below so you may learn a bit more about him. Have a good reading and listening!

Hi there you producer! Can you introduce yourself?

My name is Iannis Rezgui, I’m 19 and I live in Paris. I produce and mix essentially techno music. I’ve always been fond of electro (not always techno, I also listened to a whole bunch of crap when I was a kid [laugh]). When I was a teenager, I was quite immersed in the French house and French electronic music in general. But it’s when I was 14 that I really stumbled on techno, and I still haven’t gotten over it …

Which track made you follow this path?

At the time it was « Three O three » by Public Energy that struck me: the “rave” side of it and the power emanating from the track hit me, that’s when I really got the music that fits me. However I have more recent memories, in particular when I came home from the Awakenings in June, it was amazing… Or the first time I listened to Karenn’s live (I still have goosebumps whenever I think about it).

And now, what are you major inspirations?

I am strongly influenced by the current techno stage, my favourite artists being Blawan, Arnaud le Texier, Jonas Kopp, Adriana Lopez, François X, Developer, but I also get a thrill out of the work of less widely known producers, such as Inter Gritty, Nihad Tule, Isaac, Polar Inertia… Whenever I produce, I try to regroup all those inspirations and try to immerge them into my vision of techno, to connect the intensity of the music with airier and cosmic melodies that make people close their eyes and fall into pure bliss.

What are your production tools?

Usually I use no more than my computer and a keypad, I improvise until I find a pattern and then build a track around it, by adjusting the sonorities and adding drums until I get to the atmosphere I want to convey. Until now I released a dozen of tracks and two EPs that came out on Expansion Records, a label with which I am closely linked, as I knew the creator of it before it was established. I also created a collective with some friends, Material, with as a goal gather our work on one body and to defend our vision of the electronic culture. That’s what allowed me to mix at the Batofar and Folie Paris in particular.

Do you have some upcoming plans?

With Material we have a lot of projects, parties or expositions that will be up soon, but I also focus on my own stuff, notably my collaboration with Expansion. I still produce by myself and keep my tracks until I find them complete enough,  I’ve sent you some extracts of them by the way!