Chaque quinzaine, on vous présente notre article en partenariat avec le groupe Bedroom Producer, qui nous et vous font découvrir des artistes encore peu connus. Cette semaine, l’équipe de Sakatrak a choisi le duo O K Ü L T. Bonne lecture !

Jules et Marin produisent chacun de leur côté depuis plusieurs années, sous le nom de Eden Enki et Master Panda. Depuis un an, ils forment ensemble O K Ü L T (on vous invite fortement à aller écouter leur SoundCloud). On leur a posé quelques questions pour en apprendre un peu plus sur leur duo.

Salut les Bedroom Producers ! Est-ce que vous pourriez nous en dire un peu plus sur vous ?

Marin : Alors moi j’ai été à La Rochelle pendant un moment, maintenant je suis sur Bordeaux. Je dirais que la musique a toujours été l’essence même de ma vie, ça m’a aidé dans tous les passages. Entre mon père qui organisait des free parties et le studio de hip-hop Planete Prod a La Rochelle qui m’avait pris sous leur aile, j’étais plutôt bien loti. Vers mes 16 ans je me suis mis à composer pour éviter de mal tourner, car je vais l’avouer je n’étais pas un grand fan des cours généraux et je me devais de trouver une porte de sortie.

J’ai commencé par faire du rap et écrire, tenter mes premiers beats (qui n’étaient pas très glorieux d’ailleurs). Puis à force de trainer en bas de chez mes potes et d’évoluer dans un milieu difficile j’ai essayé de trouver mes marques. J’accompagnais mon père dans les organisations de free parties quand il ne pouvait pas me faire garder, c’est ça qui m’a amené à la musique électronique. J’ai donc commencé à évoluer avec Mr Panda pour l’électro. Après quelques années de ghost producing et d’innombrables nuits blanches à regarder des tutos de M.A.O j’ai commencé à produire sérieusement j’ai donc troqué mon nom d’enfant pour une identité plus affirmée: Master Panda. La c’est devenu sérieux : après un passage au conservatoire de Bordeaux, j’ai utilisé toutes mes économies pour  la DJ Art School (une école de DJs et producteurs sur Bordeaux). Grâce à cette école, j’ai gagné un concours pour jouer au Printemps de Bourges en 2014, puis après quelques petites scènes j’ai rencontré Jules avec qui on a lancé notre petit bébé O K Ü L T, et je me suis aussi remis au hip-hop avec Nebula Beatz.

Jules : Pour ma part je suis originaire du 92 mais ma ville c’est surtout Nantes. Je ne suis arrivé sur Bordeaux que l’année dernière. Quant à mon rapport à la musique, c’est assez proche de Marin, la musique a toujours été de l’essence pour moi, ça m’a aidé dans certains moments durs. Quand j’avais 17 ans, plutôt que de glander inutilement sur le net, je me suis intéressé a la MAO.

Des projets j’en ai eu et j’en ai plein : j’ai commencé par toucher un peu au piano, mais mon instrument de prédilection a été la guitare. J’ai eu plusieurs groupes dans un style plutôt punk/hardcore, puis j’ai découvert l’univers de la teuf. C’était une grosse claque, et c’est à ce moment là que la musique électronique est rentrée dans ma vie. J’ai monté mon premier projet, KTETIK, c’était pas très glorieux mais c’était un début. Après j’ai lancé  EdEN ENKI, et c’est à partir de là que c’est devenu « sérieux »: avec ce projet j’ai pu goûter a mes première scènes et à un peu de reconnaissance. Mais la réelle évolution dans mon travail c’est la rencontre avec Marin, qui coïncide avec mon arrivée sur Bordeaux. Quand on a sorti notre tout premier EP sous le nom ARCH ENNEMY, on s’est sentis pousser des ailes donc on a décidé d’évoluer sous un même blase, et O K Ü L T est né. On a signé 3 EP: AFTERHOURS, ABYSSAL, et le dernier qui est sorti lundi FROM THE D.

C’était quoi votre première expérience avec l’électro ?

Marin : Pour moi c’était Vitalic et Birdy Nam Nam en live, je me suis pris une sacré claque… L’autre moment mémorable c’est l’arrivée de Flume sur la scène électronique. Dernièrement j’ai vu Boys Noize au Dour festival… Le jeu de scène à l’américaine et la tracklist étaient juste incroyables, et ça a été pour moi une grosse claque aussi.

Jules : Comme je l’ai dit plus haut ma première expérience avec l’électro c’était en teuf, après ma seconde claque je crois que ça devait être Etienne de Crecy et son cube a Rock en Seine. Si je devais choisir un morceau qui m’a bien inspiré ça serait Do You Want Me de Popof. Pour ce qui est des moments mémorables j’en ai eu plusieurs: les Outlaw’s Night, des soirées que j’organisais avec mon meilleur pote sur Nantes de 22h à 12h, la Trickart Palace que j’ai aidé à organiser à Nantes, les soirées se déroulaient dans l’ancienne maison d’arrêt de Nantes.. De la techno en prison ! Fou.

Quelles sont vos inspirations majeures ?

Marin : Le matin un petit café avec « Everybody Loves The Sunshine » de Roy Ayers, puis du Moby, Gorillaz et Phoenix. Le midi c’est plus rap, avec NWA ou Eazy-E. Dans l’aprèm je commencerais avec du Dub FX, du Flume, puis quelques morceaux de Mr Kendrick Lamar. En soirée j’attaque avec Boys Noize, Truncate, puis de la grosse Drum n Bass genre Culprate, ou DJ hype, « Frozen Sound » de Joe Ford… Il y a énormément d’artistes dont le travail est impressionnant, et il serait donc difficile de tous les citer.

Jules : Ca dépend de mon humeur ! Mes inspirations majeures du moment le matin en allant au taff c’est Reeko, Steam Shape, Khen, Secluded, Dustin Zahn, James Ruskin, Ryan Elliot enfin y’en a tellement que j’y passerai la nuit. Pour ce qui est de me calmer mon artiste de prédilection du moment c’est Pablo Bolivar ! Sinon inspiration majeure… Y en a tellement que ça serait pas intéressant dans tout citer!

Vous produisez comment ?

Pour ce qui est du matos on bosse le plus simplement possible faute de moyens. Un bon ordi, de bonnes enceintes de monitoring, Ableton et un clavier maitre. Pour ce qui est des softwares qu’on utilise en ce moment, on bosse beaucoup avec la collection d’Arturia : on y trouve le Minimoog, Arp2600, Prophet, Modular, Jupiter8, des synthés vraiment intéressants ! On bosse chacun de notre côté, et quand l’un de nous pense tenir quelque chose on décide ou non de le bosser ensemble.

Des projets futurs ?

On a pas mal d’EPs déjà prêts en attente, on va aussi sûrement sortir un album d’unreleased et on bosse sur un projet avec saxophoniste ! On a quelques dates prévues sur Bordeaux, la prochaine sera au Bootleg le 7 avril. Yen a aussi quelques autres qui vont suivre comme le 8 avril a Berlin au R19, une soirée à l’iBoat et un petit festoch sur Bordeaux cet été. On verra bien ce que l’avenir nous réserve !


Both producers for a few years, but each on their own, Jules (aka Eden Enki) and Marin (aka Master Panda) teamed up to form a duo for a year now, and they are known under the name O K Ü L T (we strongly recommend you to check out their tracks on their SoundCloud account). We asked them some questions to know a bit more about them.

Hi Bedroom Producers! Could you tell us a bit more about yourselves?

Marin: I used to live in La Rochelle for quite a while, now I’m living in Bordeaux. I’d say music has always been the essence of my existence, it helped me throughout all stages of my life. Between my father that used to organize some free parties and the hip-hop studio Planete Prod based in La Rochelle that took me under their wing, I was pretty well surrounded. When I was around 16, I started composing to avoid going wrong: I have to admit I wasn’t the best pupil at school, I had to find myself a possible way out.
I started to rap and to write lyrics, I attempted my first beats (they weren’t that good). Then by hanging out down my friend’s buildings and by evolving in a difficult environment, I tried to find my marks. I would accompany my dad in the organization of the free parties when he couldn’t find anyone to watch over me, and this is what led me to electronic music. I started performing under the alias Mr Panda. After some years being a ghost producer, and an uncountable amount of sleepless nights watching and learning Computer music, I started taking production seriously. I exchanged my toddler name for a more firm identity: Master Panda. This is when it got serious: after a detour by the Bordeaux’s music conservatory, I spend my savings to enter the DJ Art School (a DJ and producer school in Bordeaux). With the help of the school, I won a contest, the prize being the privilege to perform at the Printemps de Bourges in 2014. Then after some minor stages I met Jules with whom we started our baby O K Ü L T, and I also got back to hip-hop with Nebula Beatz.

Jules: I, for myself, was born in the suburbs of Paris, but I consider my hometown to be Nantes. I only arrived in Bordeaux last year. Concerning my relationship with musique it is quite close to Marin’s: music has always been my motivation and it helped me through hard times. When I was 17, instead of surfing on the internet with no purpose, I learned computer assisted music.
I’ve had tons of projects. I started playing the pian, but my main instrument was guitar. I’ve had several punk and hardcore groups, and then I discovered the parties which blew my mind away. That’s how electronic music entered my life. I put on my first project, KTETIK; not very edifying but that’s a start. After that, I launched EdEN ENKI, and that’s when it became real serious: I had my first gigs and a little bit of recognition at the same time. But the real step forward in my work was when I met Marin (which is basically when I arrived in Bordeaux). We released our first EP under the name ARCH ENNEMY and we loved it, so we decided to evolve under the same name: that’s how O K Ü L T was born. We signed 3 EPs: AFTERHOURS, ABYSSAL, and From The D, which is out since Monday.

What was your first with electronic music?

Marin: For me it was Vitalic and Birdy Nam Nam, both live, and it was breath-taking… My other memorable souvenir was Flume’s arrival on the electro stage. Most recently I saw Boys Noize at the Dour festival… The American style stage acting and the tracklist were just amazing, it was a heady experience.

Jules: As I told you earlier my first experience with electronic music were the parties. Another thing that blew my mind was Etienne de Crecy and its cube at the Rock en Seine festival. If I had to pick one track that inspired me, it could be Do You Want Me by Popof. Concerning the memorable moments, I’ve had several: the Outlaw’s Night (parties I organized with me best friend in Nantes, from 12 to 10 PM), the Trickart Palace I helped put on in Nantes (the parties took place in a former jail… It was techno in prison! Incredible)…

What are your major inspirations?

Marin: In the morning I’d take a small coffee with « Everybody Loves The Sunshine » by Roy Ayers, then I’d listen to some Moby, Gorillaz and Phoenix. I’m fonder of rap music at noon, like NWA or Eazy-E. In the afternoon I’d start with Dub FX, Flume and some tracks by Kendrick Lamar. Then in the evening I’d go with Boys Noize, Truncate and some massive Drum n Bass like Culprate, DJ hype, Joe Ford’s « Frozen Sound » … There are so many artists that impresses me that I won’t be able to quote them all.

Jules: It all depends on my mood! My major inspirations at the moment are Reeko, Steam Shape, Khen, Secluded, Dustin Zahn, James Ruskin, Ryan Elliot if I go to work. If I wanna calm down, my favorite artist is Pablo Bolivar! Another inspiration… There are so many there’s no point listing them all!

How are you producing?

Concerning hardware, it’s very simple for lack of means. A good computer, good monitoring speakers, Ableton and one master keyboard. For software, we currently use the Arturia collection where you can find the Minimoog, Arp2600, Prophet, Modular, Jupiter8, very interesting synthesizers. We start working on our own and if one of us thinks he’s got something, we decide if we want to work on it together or not.

Do you have some upcoming projects?

We have a bunch of pending EPs, we probably are going to make an album of unreleased tracks, plus we are working on a project with a saxophonist! We have a few upcoming dates in Bordeaux (the next one will be on the 7th of April at the Bootleg). There are also a few others, such as April 8 in Berlin (at the R19), one at the iBoat, and a small festival in Bordeaux this summer. We’ll see what happens!