Miss Kittin et The Hacker se sont tous les deux fait un nom séparément, et tournent encore régulièrement aujourd’hui. The Hacker a notamment créé le label ZONE en 2009, et y a sorti un très bon album en deux parties il y a deux ans, Love/Kraft. Il a aussi lancé la carrière de Gesaffelstein (fan de la première heure de The Hacker), qui à l’époque faisait tout sauf du Gesaffelstein. Miss Kittin a aussi connu un franc succès, non seulement en tant que productrice et DJ, mais surtout en posant sa voix sur les morceaux de grands producteurs comme Felix da Housecat. Aujourd’hui encore, elle combine ces deux “activités”: cette année elle a prêté sa voix à Guy Gerber et Djedjotronic, et a sorti un album en 2013 (plus proche de la synthpop que de la techno).

Mais en formant Miss Kittin & The Hacker en 1998, ils ont aussi connu le succès à deux: “ambassadeurs” français de l’electroclash, ils verront même certains de leurs clips passer sur MTV. Vous pouvez écouter Frank Sinatra pour vous faire une idée de leur style de musique (ainsi que les paroles, c’est quelque chose). Leur ambition avec l’electroclash était, selon leurs dires, de ramener un côté humain à la techno. Rien d’étonnant quand on sait que The Hacker n’est pas qu’un fan de techno, mais aussi de Kraftwerk, d’italo-disco et de new wave…

“Hometown”, même s’il reste dans la lignée très “synthés et voix parlée” du duo, a quelque chose de différent, sûrement du au fait qu’il a été produit plusieurs années après; disons que ça fait moins “kitsch”…

Cet EP est sorti sur Goodlife, label crée en 1998 par The Hacker lui-même. Inactif depuis plusieurs années, il compte néanmoins de belles sorties à son actif, comme le 102 EP de Kiko, ou Everywhere is Nowhere de Len Faki; je vous aurais bien mis les liens YouTube mais les vidéos sont introuvables… Plusieurs albums de The Hacker y sont aussi trouvables, comme le très bon Rêves Mécaniques.